Presse traditionnelle contre Moteurs de recherche : La nouvelle donne des informations négatives qui perdurent

Cet article a été rédigé en Anglais par Brett Borders, auteur de Online Reputation Edge. Reputation Squad est le partenaire France d’ Online Reputation Edge. Traduction par Xavier Vespa.

Il existe une différence fondamentale dans la manière avec laquelle les médias traditionnels et les moteurs de recherche redistribuent l’actualité. Le public aussi digère et mémorise l’information provenant des moteurs de recherche différemment de l’information provenant d’un titre de presse papier.

Les attachés de presse qui commencent à se plonger dans le secteur de l’e-réputation doivent obligatoirement prendre en compte ces différences fondamentales:

Les médias traditionnels sont éphémères

Les médias traditionnels sont cycliques. Les nouvelles sont rafraichies au quotidien. Le temps de vie d’une mauvaise presse dure le temps qu’un journal passe en rayon d’une librairie, et après cela, l’information s’efface doucement de la mémoire des lecteurs. Ce souvenir négatif peut être contrebalancé en y amenant une touche de positivisme. Pour ce faire, une agence de relations presse orchestre une marche pour collecter des dons pour les enfants handicapés, et envoie une douzaine de communiqués aux journalistes ciblés. Si cette opération est finement accomplie, la perception négative d’une audience vis-à-vis d’une presse négative sera doucement remplacée pas des impressions positives, un titre de presse à la fois. Effectivement, lors de la publication de nouvelles positives, il n’y a plus la presse négative à côté pour comparer. Le négatif a déjà disparu.

Les moteurs de recherche sont permanents

Les moteurs de recherche indexe le contenu de manière permanente. Tant qu’une page Web est accessible à partir d’un serveur Web quelque part (et tant que le site hébergeant le contenu se comporte bien en termes de SEO Best Practices), les moteurs de recherche continueront à l’impliquer dans leurs listes de résultats de recherche. Donc même si vous parvenez à créer du contenu positif qui vient occuper la première page, l’information négative n’aura probablement pas disparue pour autant.

(« Nettoyez tout le contenu négatif en le noyant avec du contenu positif » sont souvent les seules idées proposées par les débutants en e-réputation. Cela peut fonctionner dans des cas de presse négative tempérés, mais cela fonctionne très rarement pour des crises de réputation aigües affectant des sociétés de dimension importante).

Les moteurs de recherche sont une invitation à la recherche et à la découverte

De par leur structure de pages de résultats, les moteurs de recherche encouragent les utilisateurs à comparer une grande variété de pages Web en les mettant côte-à-côte. Il y a beaucoup de contenu superflu sur le Web, mais les utilisateurs se sont adaptés pour mieux juger la crédibilité des contenus avec lesquels ils interagissent au quotidien. Certaines personnes ont même développé le don de repérer les faux commentaires en un clin d’œil. Il me semble parfois qu’une horrible mixture faite de contenus positifs sonnant faux et autres peut aboutir à une perception pire que celles de certains résultats négatifs isolés initialement. Le contenu neutre (NDT : comme sur Wikipedia) est beaucoup plus crédible.

Ce sont les lois du Web. Avoir une stratégie de positivisme strict après une vague de mauvaise presse ne marche pas sur les moteurs de recherche comme cela peut être cas avec la cyclique presse traditionnelle. La presse négative reste en première page – peut-être pour une longue période de temps – et tartiner le Web de contenu positif pour noyer cette tâche semble parfois seulement renforcer la visibilité de ce stigmate.

MyPhotoLock détourne Facebook pour améliorer la vie privée de ses utilisateurs

Chez Facebook, les paramètres de vie privée sont aussi instables que la livre turque: un jour rassurant, l’autre menaçant. Aujourd’hui, les paramètres de partage de nos photos sont plutôt rassurant: Paramétrage global, ET paramétrage par album. Cependant, l’ombre règne au-dessus des utilisateurs de Facebook qui se sont déjà fait octroyer une partie de leur vie privée, et qui se retrouve aujourd’hui à jongler avec des paramètres de protection de leur vie privée qu’ils ne comprennent pas. Cette instabilité est source d’angoisse pour les utilisateurs qui ne veulent pas quitter Facebook, mais qui recherchent un moyen de mieux contrôler toute donnée sensée rester personnelle.

A cet effet, une extension Firefox vient de se lancer avec pour mission d’adresser le problème identifié ci-dessus: l’extension MyPhotoLock permet, au moment d’uploader des photos sur Facebook ou Flickr, de sélectionner un à un les amis qui auront le droit de voir l’image mise en ligne, ainsi que de garder un contrôle permanent sur l’affichage de ces photos. Pour bien comprendre ce que MyPhotoLock fait, il fait le comprendre comme un aggrégateur de listes d’amis couplé à une méthode bien spécifique d’encrytpion de l’information.

myphotolock

MyPhotoLock a été développé par Clément Cazalot, développeur et entrepreneur Web du sud de la France. Clément Cazalot a observé qu’aujourd’hui encore, que ce soit sur Facebook ou ailleurs, partager du contenu en ligne est une action stressante car on s’expose toujours au risque d’être recopié et redistribué par des tiers malintentionnés. Clément Cazalot a donc développé MyPhotoLock avec pour objectif d’offrir une solution concrête qui offre 100% de contrôle sur les documents publiés en ligne. Le premier volet de son projet s’adresse à Facebook et Flickr, où la demande est particulièrement forte.

Comment marche MyPhotoLock?

Une fois l’extension MyPhotoLock installée sur le navigateur Firefox, il suffit à chaque upload de sélectionner des photos d’un côté, et des amis de l’autre. Une fois uploadées, ces photos ne seront visibles que par les amis mis en partage (et qui auront installé MyPhotoLock sur leur propre navigateur). Toute personne ne figurant pas sur la liste de partage n’a aucune chance de voir la photo.

Ensuite, ce qui permet à MyPhotoLock de ne jamais se tromper sur les personnes autorisées à consulter un document, c’est que l’information sur les destinataires de la photo est encryptée dans la photo même. Sans trop rentrer dans les détails techniques, la photo est elle-même hébergée sur Facebook ou Flickr, mais chaque fois qu’un visiteur appelle une photo, un script contenu dans la photo fait un appel à sa méta qui est hébergée elle sur Picasa. Dans la méta, le script trouvera toutes les informations sur qui à le droit de voir quoi, à la suite de quoi le script autorisera l’affichage de la photo ou non.

Clément Cazalot a dû détourner les ressources mises à disposition par Facebook pour parvenir à ses fins. Ceci signifie que MyPhotoLock pourrait se faire couper l’accés aux serveurs Facebook à n’importe quel moment.

Répondre à un besoin…

Si l’application MyPhotoLock venait à disparaître pour non-conformité à certaines règles en vigueur, la technologie d’encryptage et de partage de documents en ligne derrière MyPhotoLock n’en est qu’à ses débuts. Sans avoir un business plan, un plan marketing, ou même un plan tout court, le développeur de MyPhotoLock s’attaque à Goliath avec la conviction que les utilisateurs de Facebook attendent ce genre de contrôle sur leurs photos. Pour rallier des gens à sa cause, Clément Cazalot a complètement ouvert sa technologie d’encryptage, ce qui signifie que tout développeur peut créer une application similaire très facilement, et surtout innover sur la base initiale.

De l’innovation, MyPhotoLock en a certainement besoin: à l’heure actuelle, l’application n’existe que comme extension Firefox, le masquage de photos aux visiteurs non-autorisés n’est pas très sexy, et si MyPhotoLock répond clairement à un besoin des utilisateurs Facebook, celle-ci doit encore à prouver que son système de gestion des contacts et des paramètres de confidentialité est plus fluide que celui qui existe aujourd’hui sur Facebook.

A partir de là, tout devient stratégique entre Facebook et MyPhotoLock: Si la plateforme sociale décide de bânir MyPhotoLock, c’est que celle-ci commençait à devenir trop gênante. Un paquet de développeurs lanceront alors leur variante à MyPhotoLock, sachant que le parc d’utilisateurs de MyPhotoLock, et potentiellement plus, est disponible (et la techno est open source). Plus Facebook bloquera, plus la contre-offensive se fera forte. Ainsi, au niveau stratégique, Facebook a plus intérêt à se rapprocher de la personne à l’origine du projet dès sa conception, pour ainsi garantir un travail collaboratif qui aura pour noble mission de rendre la sensation de confort et de vie privée aux utilisateurs du réseau social le plus utilisé au monde.

RWW part à la ren­contre de l’innovation française en par­te­na­riat avec l’Opencoffee France. L’opencoffee orga­nise des ren­contre heb­do­ma­daire sur paris (plus d’information sur leur site) pour les entre­pre­neurs des nou­velles tech­no­lo­gies. RWW sera pré­sent une fois par mois pour réa­li­ser des entre­tiens et vous faire par­ta­ger les projets français de cet écosystème.

MeilleurCoiffeur.com, l’annuaire 2.0 des coiffeurs français

La montée de l’accés à l’information via les moteurs de recherche a été une bénédiction pour les portails spécialisés qui se retrouvent aujourd’hui leaders sur les pages de résultats des requêtes qu’ils ciblent. Ce positionnement naturel dans les moteurs de recherche peut ainsi se transformer en un tremplin inégalable pour commencer à monétiser le trafic ainsi généré.

Thibaut Le Pellec a bien intégré cette logique. « On voit bien aujourd’hui la tendance qu’il y a sur le ecommerce de désertion des grossses plateformes type Pixmania, Cdiscount, etc… pour des petits indépendents qui sont spécialisés sur une ligne de produits […] Je pense que cette tendance va être là même sur le Web consultatif ».

meilleurcoiffeur

Thibaut Le Pellec est le fondateur du site MeilleurCoiffeur.com, un moteur de comparaison qui vous aide à trouver le meilleur coiffeur près de chez vous. A premier abord, l’idée peut sembler un brin banal. En creusant un peu plus, on se rend compte que MeilleurCoiffeur.com est un projet ambitieux qui peut s’avérer très porteur.

Thibaut Le Pellec s’intéresse aux moteurs de comparaison. iI a décidé de cibler le secteur de la coiffure, ayant remarqué que les clients de salons de coiffure développaient une relation toute particulière avec leurs coiffeurs, à qui ils confient la lourde tâche d’améliorer leur paraître. Le marché des coiffeurs est aussi largement sous-exploité, comme le prouve cette recherche Google « trouver un coiffeur ». Pour faire démarrer son site, Thibaut Le Pellec a d’abord fait l’achat d’une liste de 37 000 coiffeurs en France. Cette liste est venue peupler le site qui est donc parti sur une base de 37 000 pages contenant les informations de 37 000 professionnels d’un secteur spécifique, le tout parfaitement bien optimisé pour les moteurs de recherche (j’ai fait les tests, meilleurcoiffeur.com remonte extrêmement bien dans les moteurs de recherche :).

Une fois le visiteur attiré sur le site, il peut dans un premier temps s’inscrire via un rapide coup de Facebook Connect, ce qui lui permet d’ajouter son avis sur la page d’un prestataire, ou même de modifier des informations existantes: MeilleurCoiffeur.com est un site où les utilisateurs participent au savoir collectif du site, ainsi qu’à l’enrichissement de son contenu.

A l’heure actuelle, les coiffeurs n’ont pas de privilèges exclusifs sur leurs propres pages: pour le moment, ils ne peuvent accéder à un autre statut que celui d’utilisateur, ce qui pourrait devenir frustrant si un cas de mauvaise réputation venait à se déclarer sur le profil d’un coiffeur de MeilleurCoiffeur.com. C’est à ce niveau que Thibaut Le Pellec compte monétiser l’activité sur son site. En plus d’une forte visibilité sur le Web, MeilleurCoiffeur proposera dans l’avenir proche:

– en B2C: Les coiffeurs peuvent acheter de la pub sur le site, même principe que Adsense.
– en B2B: Les marques de soins capillaires pourront aussi faire du display sur le site.
– en Premium: Les coiffeurs pourront créer une fiche personnalisée sur leurs pages, ainsi qu’un espace d’expression personnelle (blog) pour que chaque professionnel puisse communiquer plus de manière plus approfondie sur MeilleurCoiffeur.com.

Le moteur de comparaison des coiffeurs n’est pas le premier dans le genre: Thibaut Le Pellec a déjà lancé deux sites de comparaisons qui marchent très bien: Kebab-frites.com, un comparateur de kebabs près de chez toi, et Bolderiz.org, un comparateur de restos japonais sur Paris. Si les noms manquent quelque peu d’homogénéité, le concept de chaque site est en béton, et l’exécution est irréprochable.

Et pour les coiffeurs qui aiment la compétition, MeilleurCoiffeur propose un classement des meilleurs coiffeurs selon les internautes français, le prolongement logique de la promesse tenue par l’URL-même du site…

RWW part à la ren­contre de l’innovation française en par­te­na­riat avec l’Opencoffee France. L’opencoffee orga­nise des ren­contre heb­do­ma­daire sur paris (plus d’information sur leur site) pour les entre­pre­neurs des nou­velles tech­no­lo­gies. RWW sera pré­sent une fois par mois pour réa­li­ser des entre­tiens et vous faire par­ta­ger les projets français de cet écosystème.

Blogger re-devient sexy, ajoute un onglet ‘stats’

Blogger ajoute les statistiques

Ce vendredi, le Blogger de Google a officialisé l’intégration de statistiques de trafic web dans la version Draft du domaine d’édition Blogspot. Au fond, la simplicité de ce produit – son minimalisme – me rapelle l’outil très simple d’analyse de trafic que l’on trouve sur MyBlogLog. Cependant, il me semble plus judicieux de penser que cet outil est une réponse à l’affront direct de WordPress.

Blog design editor

Ce nouvel outil vient s’ajouter à une autre fonctionnalité ajoutée il y a 2-3 mois: le blog design editor, à là fois riche et dynamique. C’est avec cet outil que j’ai mis sur pied en 2 minutes le design de eparisien (among many others).

Monétisation

A noter aussi le lancement encore frais de l’onglet « monétiser » dans l’interface de publication Blogger. Dans cette partie du site, il vous est donné de connecter vos comptes Adsense et Amazon affiliate, puis un script Blogger de placement et d’optimisation publicitaire commence à générer, et même maximiser des revenus publicitaires pour vous.

Analyse de trafic

Ainsi, après avoir amélioré son outil de création de site, et après avoir simplifier le processus de mise en place publicitaire, Blogger lance donc dans la lignée un outil d’analyse de trafic.

Blogger stats overview

Cet outil permet aux non-experts en web analytics une lecture simplifiée de leur traffic:
1. Le nombre de pages vues par heure/jour/semaine, total et par page.
2. Les mots-clés générant du trafic depuis les moteurs de recherche. (referring URLs, referring sites, search keywords).
3. Une carte du monde avec l’origine de vos visiteurs, complété de quelques chiffres sur là typologie (geo, browser, OS) de l’audience que vous générez, très similaire dans là forme aux analyses de trafic YouTube attachées à chaque vidéo.
4. Une vision d’ensemble comme capturée ci-dessus.

Indéniablement, on est loin du Blogger qui ne connaissait pas encore de version Draft, et se faisait bouffer ses parts de marché par l’agressif WordPress. Aujourd’hui, Blogspot est un outil de blogging nouvelle génération: Riche, minimaliste, intuitif et fonctionnel. Je suis sûr que nous n’en sommes pas à la fin de nos surprises avec Blogger in Draft, et personnellement j’attends de voir une intégration avec Youtube afin de plus facilement intégrer de la vidéo sur un blog.

Jiwok: laissez votre musique vous coacher

Tout le monde a déjà vu l’annonce mangerbouger.fr sur la plupart des pubs de produits agro-alimentaires, mais qui a déjà pris le temps d’aller visiter le site? Au fait, on y trouve quelques conseils imprécis tels que: “ il vaut mieux bouger un peu chaque jour plutôt que de faire une heure de sport intense de temps en temps !”(1), ou encore: “Bien manger, ce n’est pas si compliqué : il s’agit en fait de privilégier la consommation de certaines catégories d’aliments et limiter celle de certaines autres.”(2) Difficile de faire plus vague que ça!

Le problème de fond, comme le précise Denis Dhekaier, c’est qu’ “ils (les annonceurs agro-alimentaires) ont tous le slogan manger-bouger: Ils proposent tous le manger, mais le bouger un peu moins.”

jiwok

Denis Dhekaier est le co-Fondateur de Jiwok, un service qui propose une solution originale pour aider ses utilisateurs à se dépenser: Un coach mp3. Le concept est relativement simple: On choisit son style musical (voir ses propres mp3), le type d’activité physique que l’on souhaite pratiquer, et Jiwok concocte notre programme d’entraînement: nos morceaux de musique remixé pour nous booster, doublé d’une voix de coach qui nous guide dans le déploiement de notre effort. Jiwok existe depuis 2007, le service connaissait 90 000 utilisateurs lorsqu’il était gratuit, et depuis son passage au payant fin 2009 (abonnement 7,95 euros/mois), le service a cumulé en quelques mois plus de 3 000 utilisateurs payant.

Afin de réellement mettre la musique au service de l’effort physique, Jiwok a rassemblé lors de la conception de son produit des musicologues et des entraineurs de haut niveau (les entraineurs de l’équipe française olympique du Triathlon, CREPS de Montpellier). Ces experts ont mis en place un dispositif expérimental s’échelonnant sur plusieurs mois, et visant à mesurer les effets de la musique sur les performances sportives. Jiwok est né des conclusions de cette étude.

Jiwok n’est pas un Adidas MiCoach ou un Nike + iPod. Les deux marques leader du sport cherchent effectivement à coacher les sportifs, mais en leur vendant du hardware, tels que des bracelets qui vous renseignent sur les changements physiologiques lors de votre effort, ou des capteurs dans votre semelle qui évaluent l’ampleur physique de votre effort.

Jiwok n’est pas un RunKeeper ou un JogTracker. Ces applications mobiles – et on en compte un sacré paquet aujourd’hui, dont Nike+ – vous proposent d’enregistrer vos déplacements lors d’efforts sportifs via GPS. Toutes les données géolocalisées sont enregistrées et l’utilisateur peut ainsi se self-coacher en analysant l’évolution de ses performances sur une période de temps donnée.

Cependant, Denis Dhekaier perçoit la diversité d’acteurs dans ce secteur comme une opportunité car toutes les applications mobiles qui existent autour du sport aujourd’hui sont de potentiels partenaires pour Jiwok. L’application Jiwok est elle-même disponible depuis peu sur le app market, et elle donne accès à des centaines de programmes d’entraînements musicaux.

En associant musique, sport, personnalisation et bien-être, Jiwok se construit une image de marque qui pourrait bien venir en aide à certaines marques d’agroalimentaires qui se dégonflent dès que l’on aborde le thème de “bouger”.