Où est le Google de la location immobilière en France?

Date : 2010/08/29 In - Édito techno - Tags : ,

google immobilier

Depuis quelques mois, me voilà à la recherche d’un appartement à louer dans Paris. Cependant, je suis dans une situation quelque peu intermédiaire qui fait que, tout en étant relativement bien payé, mon dossier de candidature est une bouse (du moins dans les parties qui parlent de moi), il faut donc que je sois optimisé dans mes démarches afin de garantir au moins une réponse positive dans le lot de dossiers de candidature que je vais soumettre. Malheureusement, je le dis haut et fort, il n’existe pas de Google de la location immobilière en France. Afin d’étayer au mieux mon idée qui mène à la conclusion qu’il existe une opportunité énorme sur le marché de l’immobilier en ligne et en France, je vais commencer par passer en revue les 3 types de sites que l’on trouve pour trouver un logement en location (à Paris):

Pap.fr, l’aggrégateur des particuliers: Pap.fr est le site de recherche de logement le plus performant sur le marché. Le design est simple, compréhensible. Les pages de résultats se chargent vite, les résultats sont extrêmement pertinents. On peut facilement affiner sa recherche et s’abonner à des alertes. Il y a même un url re-writing pour chaque page de résultats générée qui permet à n’importe quel internaute de comprendre le contenu de cette page (ex: http://www.pap.fr/annonce/location-appartement-divers-loft-atelier-maison-peniche-a-5-km-autour-de-paris-75-g439k5-a-partir-du-2-pieces-a-partir-de-2-chambres-jusqu-a-1500-euros). De plus, Pap.fr fait des campagnes de publicité au niveau national, ce qui permet de mieux faire parvenir le message de son existence à sa cible

Le hic: PAP est un réseau d’annonces entre particuliers, donc les infos ne sont puisées que depuis leurs bases de données, et elles ne sont en rien aggrégagées depuis des sources externes. PAP.fr ne concerne qu’un pourcentage minoritaire du marché total de la location d’immobilier en France. L’autre souci des particuliers, c’est qu’ils ne sont pas professionnels, et que ça se sent. Chaque fois, c’est la même chose, un propriétaire pose une annonce avec son numéro de téléphone. Ce dernier se fait défoncé d’un nombre d’appels record au point où la messagerie n’accepte plus aucun message et le propriétaire n’est plus joignable. Certains sont mieux organisés, mais de manière générale, c’est un peu du n’importe quoi quand même. A ce niveau-là, Pap.fr ne devrait pas se gêner pour développer des outils de suivi d’une annonce, afin de les monétiser auprès des propriétaires.

Seloger.com, l’aggrégateur des agences: Début Aout, je me plaignais de cette situation bizarre en France où il est si dur de trouver un aggrégateur d’annonces immobilières, alors qu’aux Etats-Unis, des boîtes comme Zillow ou Trulia font un carton. Comme me l’a expliqué un gentilhomme sur Twitter:

@xavierv Les biens sur leurs portails proviennent de 100*n bases de formats divers. Donc forcément, ça coince 😀

Forcément, ça doit être un peu compliqué tout ça. Son explication fût cependant suivie d’une recommandation:

@xavierv T’as que SeLoger qui vaut le coup. Ils ont refourgué leur logiciel de gestion à 50% des agences, donc c’est solide :/

Le compte Twitter de seloger.com est aussi intervenu dans la discussion, ce qui n’a eu d’autre effet que de la tuer sur le coup 🙂 Je suis donc aller tester seloger.com, car si celui-ci traque 50% des annonces immobilières en France (ou tout du moins à Paris), c’est sûr que je vais pouvoir y trouver mon compte.

La déception s’est faite ressentir plus rapidement que je ne l’attendais: la page d’accueil est un monstre sur pattes, la génération des pages de résultats de recherche est un mélange bizarre de scripts qui perdent le fil dès que l’on veut simplement retourner en arrière. Le design a été conçu par Tim Berners-Lee, réminiscence d’une époque que nous pensions tous révolue. Je me suis abonné à une alerte, j’en ai reçu seulement deux, et elles n’avaient rien à voir avec mes critères de recherche. J’ai aussi essayé de télécharger l’application Seloger.com sur mon Android, mais il semblerait que mon téléphone (qui est lui aussi une bouse) ne soit pas compatible avec les versions existantes de l’application seloger.

Si le moteur de recherche, il faut le dire, mouline un peu quand même, les résultats de recherche sont pas mal, même si, comme sur pap.fr, on en fait vite le tour.

Le dernier type de moteur de recherche immobilier est celui que l’on trouve directement sur les sites des agences tels que Foncia et tous les autres. Dans ce domaine, la qualité des moteurs de recherche est tranchée: Certains de ces moteurs de recherche illustrent parfaitement le fait que les agences qui les ont mis en place se contrefichent du marketing en ligne, alors que d’autres sont étonnemment bien présentés, avec une performance satisfaisante, et une navigabilité extrêmement plaisante. Il est aussi courant de trouver quelques photos de la façade, de l’intérieur, et voir même un plan en plongée des lieux. Le genre d’images qui donnent beaucoup plus envie qu’un "2 chambres, 1 salon, WC séparés, kitchenette". Enfin, si vous voyez ce que je veux dire.

La limite absolue de tous ces moteurs de recherche appartenant à des agences est que, fatalement, l’on ne trouve que les annonces émises par l’agence.

Conclusion: Il n’y a pas un lieu en France où toutes les annonces de location sont aggrégées et recherchables. Cette donne est bien regrettable car les agences ne se donnent pas les moyens de trouver un candidat parfait pour chaque location, et le chercheur de locations manque à trouver un lieu qui le rendrait plus heureux qu’un autre. Surtout, une équipe de développeurs est en train de louper une énorme opportunité de se caler en tant que les Google du marché de l’immobilier en France, et ça j’ai du mal à le concevoir…

En réalité, des startups se lancent avec comme objectif de ratisser toutes les bases de données de toutes les agences immobilières. Le problème c’est que les agences immobilières en france, toute frileuse soit-elle, refuse d’ouvrir leurs bases à l’innovation, comme on peut le voir dans le cas de Gloobot:

gloobot immobilier fermeture

J’ai également essayé Toitmalin – le concept du site n’est pas encore bien abouti – et Viteloge.com – définitivement un concurrent de taille à seloger.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *