LinkedIn ouvre ses bureaux, annonce au Shangri La Paris

Hier soir, Jeudi 17 mars, LinkedIn organisait une petite soirée très privée dans le nouveau palace parisien Shangri La Paris. L’ambiance était très select, VIP, avec petits fours et trois serveurs pour chaque invité. Loic Le Meur était là pour mettre un peu de hype dans tout ça. Un tirage au sort a aussi permis à un des invités de passer la nuit dans une des chambres du palace au frais de LinkedIn.

Il n’y avait pas grand chose à annoncer sachant que la news des nouveaux bureaux à Paris avait déjà fait le tour de la presse pendant la journée, mais ce fût l’occasion de rencontrer quelques employés LinkedIn ainsi que quelques professionnels du monde des RH. Par contre, je regrette une petite chose: J’ai été invité en tant que blogueur, et à ce titre, rien n’a été organisé pour me faciliter la capture de contenu. J’avais ma Flip Cam, donc je ne suis tout de même pas parti les mains vides:

Développeurs: il faut rendre à Twitter ce qui appartient à Twitter

twitter bienvenue bon debarras

Mauvaise nouvelle pour les développeurs d’applications Twitter: Le responsable de la plateforme de Twitter, Ryan Sarver, vient d’annoncer clairement via forum interposé que Twitter ne souhaitait plus voir de développeurs sortir des applications Twitter qui permettent de faire ce que les applications officielles de Twitter font, c’est-à-dire follower, tweeter et searcher:

Des développeurs nous ont demandé si ils pouvaient développer des applications qui mimiquent ou reproduisent l’expérience du client officielle Twitter […] la réponse est non

Sous couvert que trop d’applications différentes amènent de la confusion du côté utilisateur, Twitter durcit le ton et veut imposer son propre client à la plus grande partie de ses utilisateurs. L’API Twitter ferme donc ses portes aux développeurs cherchant à nous offrir de nouvelles expériences, sans pour autant se couper complètement de son écosystème: Les applications comme SocialFlow, Sulia, Klout, Hootsuite, et Foursquare, ont toujours un accès whitelisté à l’API. Par contre, Tweetdeck, les apps de la Ubermedia family, Plume, Powertwitter, et d’autres sont toutes des applications dans la ligne de mire des censeurs de l’API Twitter.

Cette news fait mal, mais on ne peut pas dire que nous ne l’avions pas vu arrivé: Il y a un an, on prévenait déjà dans un article Quand Twitter dira stop, que le rôle crucial que jouaient les développeurs dans le développement de la startup ne pourrait pas durer. Septembre 2010, on couvrait également l’oAuthpocalypse, qui fit l’effet d’un tsunami muet sur des milliers d’applications Twitter (et qui signa la fin de la politique d’ouverture de l’API de Twitter). Finalement, on a parlé de Twidroyd et des apps d’Ubermedia le mois dernier, cas de figure qui mit en évidence le fait que Twitter ne souhaite pas que ses applications monétisent les flux de tweets à son insu. En gros, cela fait un moment qu’une ombre plane au-dessus des têtes des développeurs Twitter, et voilà maintenant que Twitter sort les armes et zigouille tous les développeurs indésirables à la volée.

Les avis sont partagés sur ce repliement « stratégique »: Twitter s’en défend en apportant l’argument du besoin d’homogénéiser le front pour les utilisateurs, ainsi que de protéger ses canaux de monétisation. Car tout repose in fine sur la monétisation de la plateforme, un casse-tête à peine résolu du côté de la boîte de micro-messaging. La semaine dernière, GigaOm écrivait:

« La semaine dernière, Twitter a fait face à une rebellion venant des utilisateurs de l’application officielle de Twitter sur le iPhone qui ont détesté le nouveau « Quick Bar ». Le Quick Bar montrent les trending topics de Twitter, et aussi les pubs et messages promotionnels à destination des utilisateurs mobile. […] De mon point de vue, les problèmes de Twitter sont loin d’être finis tant que la boîte ne fait pas le choix d’un business model clair, et que celle-ci ne commence à façonner son identité ainsi que son entreprise autour de ce modèle. »

C’est effectivement le problème avec Twitter: la startup avait un plan (exceptionnel) de développement qui lui a effectivement permis de percer à l’international sans trop subir la bombe Facebook, ainsi que de récolter des centaines de millions de dollars en levées de fonds. D’un autre côté, ça a toujours été un peu la fête chez les développeurs, dont la montée en puissance de Twitter a permis à certains de dégager de généreux revenus, voir même de sérieuses levées de fonds. Ceci a été possible car Twitter n’avait jamais réfléchi à son business model, et comme toute startup californienne, ses fondateurs ne voulaient pas entendre parler de modèle économique tant que le modèle technologique ne serait pas validé. Maintenant que c’est chose faite, c’est l’heure aux développeurs de rendre à Twitter ce qui appartient à Twitter.

A lire aussi: Un pavé dans la mare Twitter

La télé, la pub, et Twitter

France 2 publicité Twitter 1slf

J’ai l’habitude de constater au quotidien à quel point Twitter est mal intégré en France: je jette toujours un coup d’oeil sur le smartphone des autres dans le métro et je ne vois jamais une timeline Twitter (Facebook oui, beaucoup). Je fais également attention aux affiches publicitaires et même constat. Pareil dans les commerces, jamais une allusion faite à Twitter alors qu’il commence à y avoir pas mal de promos Facebook. Je suis sûr qu’il y a des pubs diffusées en France qui contiennent une allusion à Twitter (bon à part pour les pubs de smartphones), mais je ne les vois pas.

Jusqu’à aujourd’hui où, posé à la table d’un café, feuilletant La Parisienne (équivalent de Madame Figaro du Parisien), je suis tombé sur cette pub pas aguichante du tout pour une émission de France 2, mais sur laquelle était communiqué le hashtag associé à l’émission. Vu que l’émission a l’air complètement idiote et sans intérêt, je vais éviter de citer son nom. Par contre, l’équipe en charge du marketing de l’émission a le mérite d’aller de l’avant, et cela fait plaisir à voir.

D’autant plus que c’est une idée 1. bonne, et 2. économique d’associer un hashtag à une émission télé, et d’y consacrer 3 cm² sur sa com print. Cela n’engage à rien en termes de community management, et ça permet aux téléspectateurs d’échanger facilement entre eux.

Le facteur IP

En ligne, ce qui me définit le mieux lorsque je visite un site, c’est mon adresse IP. Tout de suite, le site peut relever cette adresse, et aller voir dans ses archives si je suis déjà venu. Une adresse IP, c’est un peu comme le visage d’un homme: tous deux indiquent la provenance approximative de son propriétaire, et tous deux sont uniques. La différence, bien sûr, c’est qu’il est encore compliqué aujourd’hui de changer de visage, alors que l’on peut changer d’IP comme l’on change de chaussettes…

Au fait, il devient de plus en plus difficile de changer d’adresse IP comme on change de chaussettes sur le Web moderne. La raison est simple: pour obtenir différentes adresses IP, il faut passer par des services de partage d’IP. Le problème, c’est que ce genre de solutions attire énormément les pirates du Web qui les utilisent à des fins de spamming ou de vandalisme. De ce fait, les sites les plus fréquentés du Web ont développé des solutions anti-proxies pourris, et vous bloqueront si vous êtes identifiés avec une IP appartenant à une liste blacklistée.

Autre solution, acheter vos serveurs, vos adresses IP, et configurer soi-même toute la technique. Premièrement, c’est compliqué, même pour un programmeur. Deuxièmement, c’est cher, même pour une entreprise. Et troisièmement, nous arrivons à le fin des stocks d’adresses IP v4, une pénurie qui a été extrêmement rapide, et qui laisse présager que les règles d’acquisition d’adresses IP vont se durcir pour pérenniser un minimum son fonctionnement.

Ainsi, nous observons aujourd’hui que les adresses IP sont en train de monter en valeur, et ceci pas seulement sur la place de la bourse de l’IP, mais également en termes d’épanouissement de l’Internaute sur le Web. En effet, la loi Hadopi en France a rendu les Français responsables de leurs propres adresses IP. Les critiques de la loi Hadopi s’appuient sur l’exemple qu’un réseau wifi est hackable, donc que tout pirate pourrait s’engager dans des activités illégales à l’insu d’un innocent individu via sa connection Internet…

Il y aura probablement toujours des moyens de naviguer « anonymement » sur le Web, mais ce qui est plus probable du côté de l’Internaute langda, c’est que celui-ci va commencer à prendre de plus en plus conscience des traces qu’il laisse sur le Web. Ainsi, il y a fort à parier que les consommateurs du Web demanderont de plus en plus des solutions qui garantissent la protection de leurs IPs (ainsi que des offres de services associés).

Ironiquement, aujourd’hui, les Internautes n’ont aucun contrôle sur leurs propres adresses IP, alors que les Doubleclick, Facebook et compagnie bâtisssent une importante partie de leur empire commercial en développant une intelligence comportementale sur chacune d’elles.

La drague discrète sur Twitter

twitter drague

Vous est-il déjà arrivé de tomber sous le charme d’une des personnes que vous followez sur Twitter? Ce sont peut-être ses retweets, ou encore ses checkins, mais il y a juste quelque chose qui vous captive quand un de ses tweets apparaissent dans votre timeline. Cependant, impossible de l’aborder avec 140 caractères, donc rien à faire.

Pas la peine de baisser les bras pour autant: le site Secretementvotre est le premier jeu de séduction en ligne, et celui-ci va pouvoir vous aider. Le principe de Secretementvotre – je l’ai détaillé plus en profondeur ici – le voici: vous pouvez envoyer anonymement à des personnes que vous connaissez (de près ou de loin) des invitations à se rencontrer de manière plus personnelle/intime: boire un café, aller au ciné, dîner chez l’un des deux… L’anonymat se lève au moment où la personne contactée envoie une demande réciproque à son interlocuteur, signe qu’elle est d’accord pour une rencontre.

Secretementvotre n’est pas juste un site de rencontres car 1. Vous invitez et recevez des invitations de gens qui font forcément partie de votre entourage, et 2. Les échanges sur le site de Secretementvotre avant la levée de l’anonymat prennent la forme d’un jeu romantique et délicieusement dangereux.

La bonne nouvelle pour les lecteurs de Twitteradar, c’est que depuis la semaine dernière, Secretementvotre vous permet d’envoyer des demandes de rencontre à n’importe quel Twittos.Voici la démarche:

  • Tu te rends sur le site,
  • Tu complètes le formulaire d’envoi de propositions de rendez-vous,
  • Tu rentres l’adresse @lenomdelapersonne dans la case prévue à cet effet puis tu cliques sur envoyer par tweet,
  • Si la personne suit déjà le compte dédié, elle reçoit par DM le lien vers la proposition de rendez-vous (ce que tu reçois normalement par email),
  • Si la personne ne suit pas encore le compte dédié, Secretementvotre écrit une @ mention l’invitant à suivre le compte pour en savoir plus. Dès que c’est fait, le DM contenant le lien vers la proposition de rendez-vous est envoyé.

Et voilà, l’affaire est dans le sac! Il ne vous reste plus qu’à croiser les doigts, et garder un oeil sur vos emails. L’idée est sympa, quoiqu’un peu risquée pour Secretementvotre: Effectivement, le site veut devenir le lieu de rencontres des personnes qui appartiennent aux mêmes réseaux d’amis/professionnels. Twitter est un réseau social ouvert, donc il risque d’y avoir quelques débordements. De toute manière, Secretementvotre est un jeu dangereux en soi, et si service permet effectivement de rapprocher les coeurs, alors le jeu en vaut la chandelle.