rip igoogle

Disparition non-remarquée d’iGoogle

Je viens de remarquer un message de service sur iGoogle prévenant ses utilisateurs de l’interruption du service en novembre 2013. Après une rapide recherche sur Google, je me suis rendu compte que l’annonce date de juin 2012, mais vu que, tel le commun des mortels, iGoogle sort complètement de mes centres d’intérêt, ja n’avais pas vu passé la nouvelle.

Cette disparition s’inscrit dans 2 logiques: la première qui veut que Google recentre ses ressources autour de ses produits star et ferme les autres (RIP Google Reader). La deuxième selon laquelle les interfaces customisables à la Netvibes n’auront jamais vraiment percé.

Google ne veut plus être un fourre-tout

En évaluant les investissements colossaux en termes de temps et de stratégie pour faire de Google+ la star ascendante des réseaux sociaux, Google a compris qu’il fallait mieux canaliser ses forces de développement et se défaire des produits qui ne constituent pas un enjeu stratégique majeur. Certains de leurs choix, comme l’abandon des produits centrés autour du format RSS sont questionnables, mais d’autres tels que iGoogle sont complètement compréhensibles.

Lancé en mai 2005 (quelques mois avant Netvibes), iGoogle n’a jamais vraiment percé dans la mouvance 2.0. Alors que Google voulait que tous ses utilisateurs en fassent la page d’accueil de leurs navigateurs, la firme de Mountain View n’a jamais osé mettre iGoogle en page d’accueil de Google.com, ni en accueil de n’importe lequel de ses produits. iGoogle vivait donc en marge des produits Google, et aucune modification majeure n’a jamais été vraiment constatée (à part une refonte en 2008). Bref, iGoogle n’a jamais été que l’un des multiples reflets de la volonté de Google de truster le buzz, aussi volatile soit-il…

Dashboards personnalisables et puis s’en vont

Certes, dès 2005, le dashboard personnalisable a connu un bel essor. Netvibes s’est posé comme l’un des précurseurs dans cette arène avec sa vaste sélection de modules. À cette époque, les curateurs y trouvent leur compte: Netvibes semble être le parfait tableau de bord pour maîtriser un volume plus élevé d’information (Netvibes a été lancé un mois avant Google Reader). Ses modules sont paramétrables et modulables, et ses onglets permettent de créer plusieurs espaces de veille thématisés (je ne suis pas certain que les onglets étaient là dès le lancement du service).

En 2005, un autre service similaire avait fait son apparition: Pageflakes. Les utilisateurs pouvaient créer des onglets publiques et animer ce qu’ils appelaient des Pagecasts. Le concept du dashboard personnalisable était poussé à son paroxysme. Pageflakes a tenu 7 ans avant d’éteindre définitivement son site en 2012.

Cependant, aucun de ces outils n’aura survécu à la vague 2.0, Netvibes étant de son côté en train de s’éteindre paisiblement dans les bras du groupe Dassault Systèmes. Peut-être que ces outils auraient du copier les onglets de Tweetdeck, Hootsuite, ou intégrer Skype, ou jouer le jeu de Digg, Reddit… Rien de tel n’a été entrepris.

Donc RIP iGoogle et les dashboards personnalisables. Si certains ont des regrets, il reste encore Netvibes, même si je doute que le produit va continuer de beaucoup évoluer. Et bizarrement (ou pas), alors que plus rien ne pourrait laisser croire que les dashboards personalisables pouvaient intéresser qui que ce soit, Yahoo lance My Yahoo pour se récupérer la demi-douzaine d’utilisateurs qui y croient encore (bien joué Marissa Mayer).