Les pyramides, des centrales d’eau biotechnologiques ayant mené à la déroute d’une civilisation ?

pyramide nuage

Vivant dans un pays riche en pyramides, et étant très curieux de ce phénomène architectural, je me documente pas mal sur les pyramides. Le gros de ma source est Youtube, donc je navigue entre faits avérés, faits théoriques, et canulars sans vraiment savoir ce qui est quoi (cependant l’Historien semble faire face au même phénomène, voir pire vu sa responsabilité). Je suis bien avancé dans le livre La Conquête du Mexique et celui-ci, malgré sa censure par l’Église au cours des siècles, contient un récit des populations construisant des pyramides, ce que je croise avec les documentaires en ligne pour essayer d’affiner mon jugement.

Ma théorie sur l’utilité des pyramides : Une pyramide n’est rien d’autre qu’une montagne recréé par l’homme par biomimétisme. Ses propriétés font qu’elle attire les cumulus et donc l’eau dont la distribution est ainsi contrôlée, et une nouvelle voie de développement de l’humanité ouverte. Si l’homme a commencé à se loger dans des cavernes, il ne devait pas être indifférent aux phénomènes naturels de la montagne, dont les principales propriétés sont les suivantes :

  • Distribue à la surface de la terre de l’eau filtrée, purifiée (donc un point d’eau) ;
  • Contient des minerais pouvant être plus ou moins chargés en électro-magnétisme ;
  • Diffuse des sons et ultra-sons.

Historiquement, la théorie peut s’expliquer ainsi :

L’homme vit dans les cavernes, premiers refuges naturels, et développe une hyper-sensibilité aux phénomènes naturels de la montagne, voir communique avec elle (comme nous communiquons à un être supérieur lors d’une messe).

Lors des phénomènes de sédentarisation, parfaitement conscient qu’une élévation de terre va provoquer une attraction des cumulus (par la micro-attraction électromagnétique de la petite élévation terrestre), l’homme utilise les tumulus pour parsemer des poches d’eau sur les terres à cultiver/habiter (ce qui explique que l’on retrouve des tumulus partout).

Nous le voyons aujourd’hui, dès que l’homme cerne une innovation technologique, il s’y engouffre à une vitesse folle et avec une acuité intellectuelle surprenante. De fait, on peut imaginer que l’homme s’est continuellement appliqué à améliorer la technique du tumulus, pour le faire évoluer vers la forme pyramidale, la perfection géométrique, et donc probablement technologique. On peut d’ailleurs observé cette évolution avec les simples tumulus de terre, ceux partiellement recouverts de structure en pierre (l’homme commence à faire de son tumulus un espace de vie), ceux complètement recouverts de pierre, et ceux où l’innovation technologique a complètement pris la relève sur la forme naturelle (enter la pyramide).

Architecturalement, le fait que les pyramides modernes semblent remplies de matière solide et de quelques canalisations peut également expliquer la raison d’une telle structure si ce n’est pas pour y vivre (comme nous faisons aujourd’hui avec nos centrales énergétiques). L’existence presque systématique de tunnels très étroits dans et autour de la pyramide pourrait s’expliquer par un système de canalisation et de distribution des eaux. D’ailleurs les tunnels s’étendent parfois très loin, ce qui reflète probablement le potentiel de captation hydraulique de la pyramide.

Toujours au niveau architectural, la forme parfaite du triangle – dont la construction reste un mystère sauf si on considère que les peuples canalisaient également l’électricité associée au process et donc peut-être des mécanismes alimentés à l’électricité – pourrait correspondre à la forme idéale pour attirer un maximum l´électricité du ciel vers la terre. Le fait que le sommet des pyramides les plus « modernes » est recouvert d’or rentre parfaitement dans cette logique de conduction de l’électricité. Le fait qu’il semblait également il y avoir une obsession croissante pour la hauteur des bâtiments explique également ce phénomène. D’ailleurs, le fait que Mexico ait été la grande puissance des cultures méso-américaines s’expliquerait dans cette logique par son altitude élevée et sa présence au milieu d’un lac. J’imagine que la captation des charges électriques de cumulus épais y est optimale. Le stockage se fait dans le bassin, et la distribution d’eau depuis 4k mètres d’altitude, rien de plus facile, ça devait arroser les régions à des centaines de kilomètres à la ronde (pour se sédentariser au Mexique, l’eau est tout particulièrement essentielle). Il y a d’ailleurs un épisode dans la Conquête du Mexique où les Espagnols se font piéger dans un village où les eaux montent à une allure folle et provoque la déroute des conquistadors. L’eau était un élément suffisamment maîtrisé au point d’en faire une arme efficace. Planter un centre de culture à la sortie du Nil devait d’ailleurs être un emplacement stratégique pour la production/export dans toute la Méditerranée.

Enfin, ce qui appuie cette théorie, ce sont les extrêmes concentration en charge négative que l’on retrouve en altitude, dans les grottes, autour des points d’eau… et dans les pyramides. Outre la vertu guérisseuse témoignée par certaines personnes s’étant reposées dans les tunnels des pyramides, cette forte concentration en charge négative pourrait être l’aimant parfait pour un cumulus. Par ailleurs, certains parlent d’électroculture et ont observé que le stockage de semences au sein de la structure pyramidale, de par la concentration de sa charge électromagnétique, permet de doubler la récolte par la suite. Était-ce le rôle des chambres centrales ?

De fait, pour commencer à vérifier cette hypothèse, il faudrait voir si la disposition des pyramides du Caire (Gizeh) ne correspond pas à une optimisation de l’attraction et de la captation d’électricité provenant des cumulus. Voir faire un mix entre climatologie et astrologie pour voir si les dispositifs architecturaux reproduisant les systèmes stellaires ne génèrent pas une attractivité électromagnétique augmentée par un jeu de reproduction des pressions énergétiques spatiales.

Une des clés dans l’articulation de cette théorie sont les pyramides de Bosnie. Un débat est en cours pour déterminer si la disposition des montagnes à Visoko est naturelle ou façonnée par l’homme. Je pense que ce sont les deux. La Bosnie est une région riche en fer, le pays où Arcelor-Mittal a basé son siège, et les habitants de ce secteur ont du être les spectateurs de phénomènes électromagnétiques naturels hors-du-commun, ce secteur réunissant plusieurs facteurs clés : la terre riche en fer, l’abondance d’eau, les montagnes, et probablement ce qui rendait ce secteur unique, la disposition naturelle de ses montagnes. Il est fort probable que l’homme ait tenté de parfaire la forme ou la disposition de ces montagnes pour canaliser un maximum son électromagnétisme et donc les nuages et leur foudre. Les pyramides de Bosnie ont probablement été un « laboratoire » de développement des pyramides modernes.

Passons à l’aspect météorologique et donc déifique des choses. Si une technologie permet d’attirer les cumulus et l’eau, alors ceux qui la maîtrisent dispose d’un pouvoir de vie ou de mort sur les régions alentours et les organisations humaines se sont cristallisés autour de ces logiques de pouvoir. Au niveau sociétal, les tensions devaient s’organiser autour de ces pôles de pouvoir, et la religion devait être là pour canaliser cette logique sociétale.

Plus que l’aspect sociétal des pyramides, ce sont les conséquences météorologiques qui ont du être catastrophiques. À partir du moment où les pyramides sont devenues un outil de pouvoir en surcouche d’être un outil de culture, il y a fort à parier que l’inconscience et la démesure ont mené à des usages extrêmes, et donc à des déréglages météorologiques conséquents, qui on le sait, peuvent être à l’origine de terribles bouleversements climatiques. Il ne faut pas oublier que nous retrouvons des pyramides un peu partout sur la planète, donc leur impact devait être important. Il se pourrait que des « guerres de l’eau » aient eu lieu, et que des bassins d’eau que nous considérons comme naturels aient été provoqués par une sur-concentration de pyramides en des régions données. La surconsommation de la machine climatique pour l’attraction d’eau a pu provoqué de sévères cataclysmes liés au déréglage du système de vase communiquant entre les différents bassins d’eau sur et sous la terre.

D’ailleurs, si c’est la nature qui a rayé de la carte cette civilisation (et on sait que ce n’est pas le cas en Amérique), j’accuse quelques mouvements religieux d’avoir voulu reprendre le monopole des consciences à une époque où c’était peut-être nécessaire, mais ce qui fut au prix d’un appauvrissement de nos connaissances bio-technologiques.

À noter que cette grille de lecture permettrait par exemple de mieux interpréter des mythologies telles que la mythologie grecque où les dieux maîtrisent les éléments naturels. Les orages, tonnerres et éclairs auxquels on pouvait assister autour des pyramides devaient avoir quelque chose d’effrayant, terrifiant, que les populations devaient s’expliquer (ou se voir expliquer ? plus malin pour celui qui détient le pouvoir) que c’est le devin qui s’agace des besoins des hommes, qui demande monnaie d’échange (d’où les sacrifices humains ?). En tout cas, les frasques représentant les dons des populations aux seigneurs sont plus probablement le paiement de l’eau que le propriétaire de la pyramide distribue dans la région. Plus la pyramide est grande, plus elle génère d’eau, plus son propriétaire est riche et puissant. D’ailleurs, les cités des Dieux dans les nuages ne sont peut-être que les pyramides qui devaient être constamment entourées de masses nuageuses.

À noter également que le fait qu’un tsunami ait touché une centrale nucléaire au Japon n’est peut-être pas tant dû au hasard que ça (une analyse topographique du secteur pourrait expliquer des déréglages climatiques importants liées à une forte activité énergétique).

À noter enfin que si la pyramide a précipité la fin d’une civilisation dont elle fut l’apogée, il y aurait 3 éléments cruciaux portés par cette théorie :

  1. La surconsommation d’énergie a provoqué la disparition de civilisations par le passé, une problématique qui caractérise également notre civilisation et son stade de développement.
  2. Il est possible de générer de l’électricité avec les pyramides, mais manifestement il ne faut pas abuser du procédé.
  3. Pourquoi cette connaissance n’est-elle pas parvenue jusqu’à nous aujourd’hui ?

Finalement, si il fallait donner un nom à cette période/civilisation, ce serait « l’âge de l’eau ». Cette étape est logique au niveau micro comme macro, considérant que l’homme ne peut vivre que quelques jours sans eau. Nous ne pourrions en être arrivés à notre stade de développement si nous ne maîtrisions pas parfaitement l’eau aujourd’hui, et je m’étais toujours demandé comment l’homme avait « cross the chiasm » entre vie primitive en caverne et premiers villages dans le centre des terres. Cette théorie y répondrait.

Lien vers l’image d’illustration