Logiques Mercantiles Du Blogueur

blogueur remunere

blogueur remunere

Je viens juste de tomber sur cette vidéo sur Choses Vues, le blog de Mry. Le débat regroupe quelques personnes du milieu interactive agency en France, et se centre autour de la rémunération des blogueurs par les agences de RP et les agences de pub. En un quart d’heure, toutes les idées essentielles autour des articles sponsorisés sont abordées.

Lors de mon séjour à San Francisco, j’ai un peu cotoyé Eliane Fiolet, co-fondatrice du blog gadget Ubergizmo. Alors que je me renseignais auprès d’Eliane pour savoir ce qu’elle pensait de cross-poster mon contenu vidéo sur son site, elle m’a rappelé que si j’étais payé par les entreprises pour créer des vidéos pour elles, alors elle n’accepterait pas mon contenu sur son site.

En effet, si un bloggeur cherche à développer une chaine d’influence avec son site, il est alors tenu des mêmes impératifs de neutralité qu’un journaliste. Le lectorat lit rarement un blog, le lectorat s’attache à un blogueur. On oublie trop souvent que le blog n’est rien d’autre qu’un outil d’expression personnel.

Techcrunch est un bon exemple. Techniquement, son auteur Michael Arrington est libre de dire ce qu’il veut. En tant qu’industry insider, il est au courant de toutes les rumeurs qui courent dans la startupsphère de la Silicon Valley. Ca c’est la raison pour laquelle son site est très fréquenté. Cependant, pour monétiser son site, il a créé sa régie indépendente de vente d’espace ($30 le CPM d’après ce que l’on m’avait dit), mais il a dû pour ce faire désigner une CEO pour son site, qui gèrerait les opération publicitaires complètement en indépendent. Lui assume juste le rôle de redac-chef au sein de sa propre boîte.

De toute évidence, Techcrunch vend du billet sponsorisé aussi (et ça n’a pas arrêté lors du lancement de Bing), mais il semble que la marque qui paie ne soit pas en mesure de choisir le contenu du billet.

Tous les blogueurs ne sont pas des Michael Arrington qui concurrence le NYT directement en terme d’influence. Cependant, on voit bien de quelle manière un blogueur qui a une importance significative est tenu de conserver un certain degrés d’indépendance.

Aussi, le blogueur rentre toujours dans une logique d’optimiser ses revenus publicitaires. Si il ne vend pas de billets sponsorisés, il peut tout de même se tenir au courant via bouche-à-oreille des gros budgets publicitaires qui sont sur le point d’être dépensé, comme une fois de plus ce fût le cas pour Bing. Une pub Bing apparaitra sur un blog si celui-ci parle de Bing de près ou de loin (moteurs de recherche, cartes, recommandations…). Le blogueur peut ainsi décider de publier en amont de la campagne publicitaire imminente une série de billets contenant des mots-clés en affinité avec ceux de la publicité. Ainsi, lorsque la campagne publicitaire est lancée, le blogueur est bien référencé sur certains mots-clés, et génère du search traffic qualifié. Ensuite, son réseau publicitaire analyse son contenu sémantique et balance les pubs ciblées. Cette optimisation garantit de la visite et du click!

Les exemples ci-dessus illustrent le cas de blogueurs intelligents qui connaissent bien leur métier. Dans le domaine des billets sponsorisés qui ne servent à rien, on a le SocialSpark de Izea (anciennement PayPerPost). SocialSpark se veut être une plateforme qui regroupe publicitaires et blogueurs autour de l’achat de billets.

J’ai essayé SocialSpark dans le passé, et voilà le problème: Les gros blogueurs sont largement trop chers, par contre il existe une pléthore de petits blogueurs qui se battent pourécrire des aricles rémunérés $5 pièce. Lorsque le publicitaire achète de l’espace, il ne sélectionne pas les blogs qui l’intéresses, mais il formule juste des critères de blog recherches (catégorie, trafic, rank…). La totalité du budget publicitaire finit pour la plupart sur des blog affreux, mal designés, avec des noms de domaine obscures, et un style rédactionnel dépitant. Pourquoi? Car pour vendre sa plateforme aux publicitaires, Socialpark a du à un moment accepter un grand nombre de blogueurs à bord, sans être trop regardant de ce que chaque blogueur amène.

En plus, la manière dont les opérations sont gérées par l’agence SocialSpark est quelque peu obscure, ce qui a fait fuir un publicitaire comme moi.

Mon point de vue: Le blogueur ne doit pas être rémunéré pour un billet, il doit développer en indépendant une stratégie de monétisation globale, et ensuite inviter intelligemment les marques à participer à son contenu. Centrer la stratégie éditoriale autour de billets rémunérés ne fait aucun sens, et pour le blogueur, et pour le publicitaire.

Metrist, Extension Twitter Pour Chrome

chrome twitter extension

chrome twitter extension

Alors que Firefox continue à être de plus en plus lent, Chrome continue à percer dans l’univers des navigateurs Web avec sa stratégie all-web-based. Les extensions Chrome ne sont plus qu’une histoire de quelques jours maintenant, Techcrunch déclare cependant que la fonction extensions a déjà été ajoutée a une poignée d’utilisateurs.

Dans le même article, une série d’extensions sont passées en revue, dont Metrist, l’extension Twitter pour Chrome.

D’après Orli Yakuel, auteur du billet:

Vous ne pouvez choisir que la taille de la police de caractère, mais à part ca, les options sont très minces. L’interface contrebalance bien ce manque d’options ainsi que les autres problèmes rencontres, car elle est simplement incroyable!

Ca a l’air bien sympa comme extension. Je suis fan de Chrome depuis son lancement. Bien sûr, le manque d’extensions s’est largement fait ressentir, mais tout vient a point a qui sait attendre, si ce n’est qu’apparemment il va falloir attendre encore un peu avant d’avoir une extension Twitter pour Chrome qui fasse le poids. Est-ce que ca vaut le coup pour des Twitter clients tels que Seesmic ou Tweetdeck de développer une extension Twitter pour le navigateur Internet le plus prometteur sur le marché aujourd’hui ?

Eric Schmidt, CEO de Google, Sur Twitter: eschmidt0

eric schmidt twitter

eric schmidt twitter

Techcrunch vient tout juste de repérer que le CEO de Google, Eric Schmidt, vient d’ouvrir un nouveau compte Twitter sous le blase eschmidt0.

Ceci est un remarquable changement lorsque l’on considère qu’il y a tout juste quelques mois, Eric Schmidt affirmait ouvertement que Twitter était « L’email du pauvre« . Ensuite, des rumeurs ont couru sur le désir de la part de GOOG d’acquérir Twitter pour un milliard de dollars. Cependant, le prix sur l’étiquette Twitter a poussé Google à calmer sa pulsion d’achat de startups.

Apparemment, son compte va lui permettre de participer activement à la communication de l’entreprise autour de ses petits problèmes récurrents de business. En effet, son deuxieme tweet fut le suivant:

WSJ op-ed on newpapers and online news; thanks to the WSJ for publishing ! http://bit.ly/895j8L

J’interprète ce tweet comme un clin d’œil aux déboires entre GOOG et Murdoch sur l’ouverture de l’information aux moteurs de recherche. eschmidt0 devrait être un compte Twitter intéressant à suivre!

UPDATE: Changement de nom dans la foulée: @EricSchmidt!

Notify.me: Vos Alertes Twitter Par Email, IM, Ping.fm…

twitter notifyme

twitter notifyme

Il existe une multitude de services qui permettent de recevoir des alertes Twitter par email, mais il y en a un que j’affectionne tout particulièrement: Notify.me.

Au fait, notify.me n’est pas vraiment un client Twitter: C’est un service qui permet aux utilisateurs de soumettre un flux RSS, et ensuite sélectionner la destination de ce flux: Email, SMS (US only), IM (Google Talk, Adium, Pigdin, Jabber), une desktop app notify.me, ou Ping.fm. La suite est prévisible: A partir du moteur de recherche Twitter, vous pouvez copier le flux RSS des termes qui vous intéresse, et les soumettre a notify.me. Ensuite, dès qu’un tweet contient le terme que vous trackez, vous sélectionnez de quelle manière vous souhaitez en être informé.

notifyme source dashboard

Cela va faire presque un an que j’utilise ce service pour recevoir mes mentions par email, et il est irréprochable, si ce n’est qu’on perd un peu de real-time dans le processus (une alerte email atteint votre inbox 10 minutes après la publication d’un tweet tracke). Je ne sais pas pour vous, mais j’aime bien que toute mon activité en ligne transite par ma boite email.

L’aspect inédit de notify.me, c’est aussi la possibilité de transmettre des flux RSS directement à Ping.fm, le fameux service qui permet de rafraichir son status sur n’importe quel réseau social à partir d’un seul endroit. Par exemple, avant que LinkedIn n’annonce l’intégration de Twitter dans leur réseau, il était presque impossible d’utiliser son compte Twitter pour rafraichir son status LinkedIn. Au fait, le plus simple moyen d’entre tous était de prendre son propre flux RSS Twitter, le soumettre à notify.me, définir Ping.fm comme destination, et régler ping.fm pour envoyer tout ce contenu sur son compte LinkedIn. Enfin, ça c’était le bon vieux temps quand il fallait tout rafistoler soi-même…

EchoTweets: Du Bruit Dans La Boite A Tweeter!

twitter spam

twitter spam

Twitter est activement à la recherche d’un algo qui lui permettrait de rendre leur trending topics moins manipulables. Cependant, tout n’est pas si simple, car la politique d’ouverture technologique de Twitter est ultralibérale (comparée a celle du App Market de Apple par exemple). Ce qui veut dire que le contrôle sur l’utilisation de leurs APIs est minime, du moment que certains TOS sont respectés.

Contre cet effort de purifier le cadre écologique de Twitter, EchoTweets. Lancés à la fin Septembre, cette application vient faire du bruit dans la boite à tweeter. A la base, EchoTweets permet à ses utilisateurs de répéter automatiquement un compte Twitter parent. Pour vous nouvel utilisateur par exemple, une fois inscrit à EchoTweets, il vous suffit d’inviter vos amis (ou vos autres comptes Twitter) a devenir un compte enfant de votre compte. Vos amis peuvent être invités par email à confier a EchoTweets leurs identifiants Twitter. Ils peuvent aussi choisir de modérer les echotweets qui transitent via leur compte.

Originalité indéniable, EchoTweet vous offre aussi un widget que vous pouvez placer sur votre site, et ainsi construire organiquement l’ampleur de votre écho.

Une fois que vous avez bâti votre petite armée d’echotweetos, il vous suffit d’écrire votre tweet, sélectionner les comptes enfant qui répéteront votre message, et appuyer sur envoi. Encore mieux: Afin de ne pas vous prendre la tête à aller sur echotweets.com pour faire votre écho sur Twitter, envoyez simplement votre tweet a @ETRelay a partir de n’importe quel client Twitter, et EchoTweets relaiera ce tweet a tout vos comptes enfant.

Comme vous l’aurez compris, cette application a l’énorme potentiel de faire beaucoup de bruit pour rien. Cependant, EchoTweets prend une tournure originale, car bientôt les utilisateurs pourront aussi programmer la publication de leurs echotweets, ET acheter des tweets aux utilisateurs populaires désireux de monétiser leurs comptes:

EchoTweets est en train de rassembler les utilisateurs high-profile de Twitter qui sont d’accord pour retweeter vos messages en échange d’un petit paiement. Le cout par tweet sera base sur le score TwitterRank d’un utilisateur. Vous pourrez dépenser peu ou beaucoup, et sélectionner des echotweetos sur des critères d’emplacement géographique, intérêts, followers, et plus.

Avec ce type d’outil, il est relativement simple de concevoir des prises d’assaut sur les trending topics de cette étonnante plate-forme qu’est Twitter.