Android – fini les bloatwares !

bloatwares android

Les bloatwares sont ces applications pré-installées sur votre téléphone que vous n’avez jamais choisies, et que vous ne souhaitez pas utiliser, mais que vous ne pouvez pas désinstaller : S-Health, ChatOn, et les applications des partenaires de votre FAI. Ces applications sont complètement inutiles mais elles ne peuvent être désinstallées, sont souvent automatiquement actualisée, et collectent des données de votre téléphone.

Heureusement, le prochain Galaxy S6 de Samsung devrait régler ce problème en permettant à ses utilisateurs de désinstaller les bloatwares. Un détail, certes, mais important lorsque l’on considère l’aspect sensible que constitue la présence d’apps indésirables sur un appareil électronique qui constitue le centre névralgique de nos vies digitales.

Cette décision est probablement liée à la décision du ministère des sciences de la Corée qui a imposé l’option de pouvoir désinstaller tout bloatware à partir d’avril 2015. Pour ce ministère coréen, les bloatwares parasitent l’expérience utilisateur, et engrangent une concurrence déloyale entre applications mobiles.

oAuthpocalypse, le bilan

twitter basicauth down

twitter basicauth down

Depuis le 31 Aout 2010, Twitter n’utilise plus du tout le « Basic Auth », forçant ainsi toutes les applications de son écosystème à utiliser oAuth pour se connecter aux APIs Twitter. Cela signifie que, si vous utilisez des applications Twitter qui vous demandent directement vos identifiants de connexion Twitter, et bien ces applications ne fonctionnent plus. Les développeurs derrière ces applications doivent consacrer un peu de leur temps à aligner leurs applications sur les nouvelles normes technologiques de la plateforme.

Cependant, tout n’est pas si simple. Si ils sont des dizaines de milliers au monde à s’être adonnés au développement d’une application Twitter, ils ne sont pas aussi nombreux à avoir poursuivi un rythme soutenu de développement. Cela signifie qu’en abandonnant complètement le « basic Auth », Twitter met ainsi au placard un grand nombre d’applications issues de la première génération de développeurs Twitter. Cette première purge a été bien réelle, en voici quelques exemples:

Je ne cite ici que quelques exemples de ce qui m’a été donné d’observer, mais j’imagine que l’oAuthcalypse a touché des milliers d’applications dont les développeurs ont du juste accepté la mort plutôt que d’investir du temps dans un projet qui avait déjà été abandonné depuis longtemps. La fermeture du basic Auth a permis à Twitter de se débarasser d’un paquet d’applications qui permettaient aux utilisateurs de tweeter anonymement en mode « via API ». Un grand nombre de softs « automated twitter marketing » doivent eux aussi souffrir de cette nouvelle rigidité de connexion à la plateforme…

Twitoaster, Rare Cru Twitter Made In France

twitoaster france

twitoaster france

Avez-vous remarqué la lenteur d’arrivée en France de Twitter? Les stars l’ignorent, les entreprises créent des comptes et les laissent à l’abandon, et les journalistes jouent les singes savants avec.

Cependant, un groupe de développeurs français ne se laissent pas décourager par la mollesse flagrante de leurs compatriotes. Armés de quelques langages informatiques, d’un serveur, et d’une clé API pour accéder aux bases de données de Twitter, ces pros du développement conçoivent et réalisent des nouveaux outils qui viennent alimenter la richesse de l’écosystème Twitter.

La semaine dernière, je me suis entretenu avec Arnaud Meunier, créateur de Twitoaster, l’application qui tracke et analyse vos discussions sur Twitter.

Twitoaster a eu son premier coup de buzz sur ReadWriteWeb en Mai 2009: L’appli française fut la première à proposer un système qui repatche automatiquement les conversations Twitter sur un même fil de discussion. Twitoaster offre également des statistiques sur vos conversations, ainsi qu’une catégorisation par intérêts, pays et langue. Depuis peu, vous pouvez aussi embed partout sur le Web les discussions trackées sur Twitoaster .

Malgré son origine française, Twitoaster a connu un buzz largement plus généralisé aux Etats-Unis. Durant l’été 2009, le journaliste David Pogue a écrit sur le blog tech du NYT à quel point l’application Twitoaster lui a apporté une maitrise inégalée sur la gestion des @replies lui étant destinés. Twitoaster a su gagné en buzz à un moment où Quotably, une application similaire, fermait justement ses portes.

Le service est aussi fortement apprécié par l’équipe de développement Twitter, qui a accordé à Arnaud Meunier en Décembre 2009 un compte d’accès au firehose Twitter, celui-là même pour lequel Google et Microsoft payaient quelques millions au même moment pour y accéder.

À part le nom de son créateur, rien n’indique que Twitoaster est d’origine française: Le site est en anglais, a su attiré un public américain, et bénéficie même de privilèges d’accès. Comment Arnaud Meunier se positionne-t-il alors dans l’univers du développement français?

La première observation d’un développeur Twitter en France, c’est que les serveurs Twitter sont loin! Les temps de latence entre le France et les Etats-Unis ralentissent énormément les échanges avec la base de données Twitter, et donc la rapidité des opérations.

La deuxième, c’est que pour participer à une conférence intéressante sur Twitter et sa plateforme, il faut se rendre à l’étranger, surtout aux Etats-Unis. Le créateur de Twitoaster a déjà réservé sa place pour Chirp, la première conférence organisée par Twitter .

La troisième, c’est qu’il n’est pas très conseillé pour le développeur d’une application Twitter de cibler des utilisateurs purement franco-français, car le faible taux d’adoption de Twitter en France fait qu’une telle application ne décollera jamais assez pour devenir profitable.

Avec Arnaud, nous nous sommes pas mal creusés la tête dans le but d’identifier la raison pour laquelle Twitter tarde à venir en France. Ce qui est un fait, c’est que Twitter a connu une forte croissance aux Etats-Unis lorsque les célébrités ont commencé à publier des tweets. Certaines célébrités se sont même appuyées sur Twitter pour orchestrer leur come-back (ex: Shaq, MCHammer). Cependant, en France, personne ne s’y met, alors que c’est plutôt une occasion en or de se positionner en tête d’un nouveau mouvement.

Nous avons situé la cause du retard de Twitter en France autour du fait que ce média est encore bien anarchique, et donc dangereux au niveau du contrôle de l’information. La loi de la masse sur Twitter a été exemplifiée lors de l’éjection du service de Fréderic Lefebvre par les utilisateurs du réseau. Cet acte de vandalisme pousse probablement une bonne partie des personnalités en France à contourner Twitter afin d’éviter des problématiques de communication supplémentaires.

Du coup, aujourd’hui, Twitter en France est toujours un petit réseau social composé majoritairement de blogueurs, journalistes et marketers. Sans réel essor du service, les quelques développeurs français créateurs d’applis Twitter ne s’intéressent pas à faire du « Made for France« . Du coup, on manque de cerveaux Twitter en France. Sans expertise, les agences de communication n’arrivent pas à exploiter ce nouvel outil. Et lorsqu’une entreprise se lance agressivement dans l’aventure, c’est un désastre

Seesmic Look: Pour Les Masses Ou À La Ramasse?

seesmic raccoon tattoo

seesmic raccoon tattoo

Depuis hier, Seesmic bénéficie d’une visibilité accrue via la campagne du Nexus One de Google, poussant certains à avancer que Google a Seesmic dans sa ligne de mire. Demain, Loic Le Meur annoncera le lancement d’un nouveau produit issu de la maison Seesmic: Seesmic Look. Pour Erick Schonfeld de Techcrunch, il s’agirait là d’une application Twitter extrêmement user-friendly qui permettrait peut-être de rendre Twitter plus accessible au commun des mortels.

Voila ce que Loic Le Meur nous confie dans son email:

We’re launching a new product, designed it to help Twitter go mainstream, a new experience that can be used by anyone.

Using Seesmic Look is very close to watching TV with a very rich and unique experience.

Avec l’achat récent de Ping.fm, et en considérant l’agilité de la technologie Seesmic, on peut facilement imaginer que Seesmic est parvenu a créer une interface unique et très visuelle qui permet de facilement interagir avec un grand nombre de réseaux sociaux. Cool!

À dire vrai, cela me fait aussi un peu peur. Lorsque Loic Le Meur a lancé Seesmic avec son concept de discussion vidéo, il faut avouer que l’idée était un peu perchée, et tout le monde le voyait. Le retournement avec l’achat de Thwirl était une vraie prouesse entrepreneuriale, et l’audace requise a été bien récompensée.

Pour l’anecdote: Autant je suis probablement l’une des premières personnes à avoir demande à Jack Dorsey avec une Flip Cam ce qu’était Twitter, autant je suis probablement le dernier à avoir demandé à Loic Le Meur avec une Flip Cam ce qu’il comptait faire de son service de discussion vidéo (oui, les deux vidéos ne sont pas de bonne qualité, je sais). Le mois qui suivit ma rencontre avec Loic, Seesmic annonçait le lancement de Seesmic desktop comme la nouvelle version de Thwirl, mettant officiellement la vidéo au placard.

Ce sont les mêmes personnes derrière Seesmic vidéo qui s’apprêtent aujourd’hui à lancer Seesmic Look. Donc ne nous emballons pas trop, et attendons de voir.

Pour ajouter mon grain de sel aux spéculations, en plus des opportunités qu’apporte l’acquisition de Ping.fm, je dirais que Seesmic Look intégrera Youtube dans son environnement, et probablement la fonction video response sera plus accessible. Ma prédiction ressemble à un retour en arrière pour Seesmic, mais ce qui me met sur cette piste, c’est simplement que dans les paramètres de l’application Seesmic sur Android, il y a une option pour entrer ses identifiants Youtube, sauf que cette option n’a pas encore été activée. Au moins, cela montre que Seesmic n’a pas vraiment abandonné la vidéo.

Enfin, du moment que Seesmic Look ne ressemble pas a cela, tout va bien.