Google coupe les valves de son Map Maker

google map maker

Après la grotte d’Edward Snowden localisée dans la Maison Blanche, et le logo Android pissant sur le logo Apple, Google a décidé de fermer Google Map Maker, son service de publication sur Google Maps.

Après le bad buzz du logo Android urinant sur le logo Apple, Google s’était senti très gêné, formulant des messages d’excuses officiels et garantissant la qualité des données soumises via son Map Maker. La firme de Mountain View décida dans un premier temps de rendre manuelle la vérification des données soumises via Map Maker. Cependant, sous le poids écrasant du volume de contributions de ses utilisateurs, Google a décidé de couper les valves temporairement le temps de trouver une solution :

(traduction de l’anglais) Nous pensons qu’il est plus exact d’affirmer que nous n’avons pas la possibilité de vérifier toutes les contributions au rythme actuel de soumission, nous devons faire une pause.

Mauvaise nouvelle donc pour tous les professionnels vendant des services de local SEO, la soumission de listings à Google Maps étant l’un de leurs principaux outils de production.

Snowden : la NSA travaille sur le crackage du iPhone depuis 2006

nsa iphone

Le site américain The Intercept vient de publier un article suite à la réception de nouveaux documents sortis du four de la NSA par Edward Snowden. Ces documents décrivent de quelle manière, 1 an avant la sortie du premier iPhone, les techniciens de la NSA travaillaient déjà sur le crackgae et piratage du téléphone. Ces documents relatent l’organisation de l’événement Jamboree, sorte de meetup secret des codeurs ripoux du gouvernement américain sponsorisé par la CIA, durant lequel les dernières techniques d’intrusion sur iOS étaient partagées entre les invités.

Il y a été question de la modification de Xcode, un programme d’Apple utilisé sur ses téléphones, afin de le transformer en backdoor pour toute application présente sur le téléphone; et de modifier le OS X updater afin d’y insérer un keylogger; cracker le GID sur les processeurs d’Apple pour déguiser des commandes de la NSA en commandes provenant d’Apple. L’événement a aussi porté sur le crackage de Bitlocker, un système d’encryption appartenant à Microsoft.

L’événement Jamboree accueillait plusieurs employés de la NSA et se tenait dans un immeuble appartenant au géant privé de l’armement et du renseignement, Lockheed Martin. L’événement a été réitéré chaque année depuis. La CIA a refusé de commenter ces révélations. Apple a renvoyé les questions de la presse vers ses précédentes déclarations sur la vie privée de ses utilisateurs. Les pirates de la NSA ont focalisé leurs efforts sur le iPhone, se disant que si ils parvenaient à le cracker, alors ils parviendraient à cracker tous les modèles de téléphone sur le marché, le iPhone faisant figure de proue dans ce domaine.

Ces nouvelles révélations résonnent avec le hack de la NSA sur les puces produites par Gemalto. Le deuxième amendement de la constitution américaine (droit au port d’armes) fut conçu pour que les citoyens puissent se protéger si leur gouvernement devenait trop autoritaire, mais la NRA en conviendra, ce ne sont pas avec des fusils que l’on va empêcher les abus informatiques du gouvernement américain.