Comment Google+ pourrait devenir un leader du web social

google+ changement

Quand Google se lance sur un marché, généralement, les autres acteurs de ce marché tremblent : le leader international et incontesté du Web, dont la domination ressemble à un monopole, possèdent toutes les armes pour écraser ses concurrents. Et pourtant, sur le marché des réseaux sociaux, face à Facebook et Twitter, Google et son réseau social Google+ n’est pas parvenu à s’imposer, voir même à intéresser les consommateurs de ce marché. Comment expliquer la chute d’un produit pourtant bien conçu et poussé par un chef de file du Web ?

L’idée, je l’ai déjà exprimée il y a 2 ans (même si j’ai toujours été sceptique au sujet de Google+), mais je la réitère car ça me porte à cœur. Google+ n’est pas assez :

  1. Différent
  2. Ouvert

Malgré sa conception parfaite (en termes de code et de design), Google+ ne se distingue pas suffisamment de Facebook : On a son réseau d’amis, que l’on peut diviser en sous-groupes, et on diffuse des liens, des photos, des images, des vidéos. On like des contenus, on les partage, on a une profil perso, et on peut créer des pages thématiques. Le tout est tellement proche de Facebook, pourquoi s’embarrasser ?

De l’autre côté, sur Facebook et Twitter, il est possible de se connecter à d’autres réseaux sociaux et donc de faire de nos profils Twitter/Facebook des hubs agrégant les flux de notre activité sur ces autres réseaux, comme le partage de notre parcours de jogging, nos likes Youtube, nos photos Instagram, nos billets de blog… Sur Google+, ce n’est toujours pas possible (enfin sauf avec des manips tordues).

Si Google+ veut survivre, et de mon point de vue, c’est toujours possible, le réseau social doit s’ouvrir et se différencier. Voilà ce que je ferai si j’étais Google+ :

  1. Ouverture read/write des APIs : possibilité de connecter son compte Google+ à ses autres profils sociaux et de cross-poster son activité ;
  2. Abandon du +1 et du share, conception d’un nouveau mode de partage basé sur de l’algo plutôt que sur du comportemental ;
  3. Focus sur la recherche qui comprendrait du coup les contenus d’autres réseaux sociaux auto-partagés sur G+. Google est le géant de la recherche, et a un train de retard sur le web social, il y a là une opportunité de se relancer dans la course ;
  4. Mieux indexer les contenus de G+ dans les résultats de recherche universel ;
  5. Réfléchir à une intégration intelligente et discrète de G+ dans Android, pour systématiser le partage de nos activités (volontairement, bien sûr) ;
  6. Créer des profils perso détachés de ce que l’on connait aujourd’hui : pas besoin de vrai nom, de renseigner son parcours, de fournir sa date de naissance, ses coordonnées de contact, etc… Rester sur une approche less is more à la Twitter ;
  7. Créer des pages qui s’actualisent avec l’activité des autres réseaux sociaux, où il est impossible de poster directement dessus ;

L’objectif de Google+ devrait aujourd’hui être la différenciation. Google a besoin de rester dans le jeu du web social, au risque de devoir se plier aux exigences de ses concurrents et ennemis. Google+ a déjà la notoriété, il lui faut maintenant l’attractivité. Le nouveau attire, le pertinent fidélise. Allez Google !

Facebook veut héberger tous les contenus du Web

facebook hebergement contenu

Facebook serait en train de préparer des partenariats avec plusieurs médias américains pour leur proposer d’héberger leurs contenus directement sur la plateforme du réseau social. En d’autres termes, lorsque les abonnés de ces médias cliqueront sur une actu dans leur timeline, ils ne seront pas redirigés vers le site de ce média, mais liront cette actu directement sur une page facebook.com.

Pour Facebook, le bénéfice d’une telle manœuvre sera de garder les internautes sur sa plateforme, et donc de maximiser la collecte de données ainsi que le nombre de pages vues. Pour les médias partenaires, une telle démarche leur garantirait des revenus publicitaires plus importants. Bien que les bénéfices annoncés aux médias partenaires restent à prouver, le bénéfice pour Facebook est facilement identifiable : devenir la plateforme Web que les internautes ne quittent plus.

Il va cependant être difficile pour Facebook de convaincre ses partenaires en phase alpha d’abandonner le contrôle sur leur marque, leur audience, leur contenu, et leurs revenus publicitaires. Que Facebook peut-il proposer pour se prouver plus profitable qu’un site média déjà optimisé ? De plus, si les contenus sont hébergés sur Facebook, seront-ils toujours indexés par Google ? Pas si sûr…

Friendfeed va fermer ses portes le 9 avril 2015

Pour ceux qui ont vécu l’avènement du web 2.0 (que l’on appelle communément Twitter et Facebook aujourd’hui), Friendfeed restera une référence en la matière. Pour ceux qui ne connaissent pas, Friendfeed est le réseau social qui s’est lancé en parallèle de Facebook et Twitter par des anciens Googlers, principalement Paul Buchheit – créateur de Gmail, du prototype d’Adsense, et concepteur du slogan « don’t be evil » – et Bret Taylor, co-créateur de Google Maps.

Friendfeed proposait de connecter tous ses profils sociaux pour centraliser l’activité des réseaux sociaux : Youtube, blog, Twitter, Facebook, Yelp, Digg, … Un système d’interconnexion aux APIs des différents réseaux permettaient d’engager et d’entretenir les discussions depuis Friendfeed. Bien que moins médiatisé que Twitter et Facebook, le site était reconnu par la communauté d’early-adopters Web 2.0 comme la référence en terme de technologie sociale. Le site proposait des fonctionnalités technologiquement avancées d’interaction et de recherche.

En août 2009, Facebook a racheté Friendfeed, Mark Zuckerberg flairant le bon plan. Au fil des années suivant son acquisition, Facebook a dépecé Friendfeed pour muscler son propre système de discussion/commentaire qui était encore faible à l’époque. Le site Friendfeed est resté ouvert, avec un entretien minimum pour que le site continue à fonctionner. En avril 2015, vu que le site ne bénéficie pas d’entretien et d’améliorations, il a perdu sa communauté, et ses dirigeants ont décidé de fermer le site le 9 avril 2015.

Facebook purge les likes des comptes inactifs

Facebook compte inactif

Facebook vient de publier sur son blog son intention de cleaner de ses pages les likes ajoutés par des comptes aujourd’hui inactifs. Que les spammeurs ne s’alarment cependant pas avec leurs nébuleuses de faux comptes et leurs ventes de faux likes : Facebook définit dans cette opération un compte inactif comme un compte qui a été désactivé ou « mémorialisé » (compte d’une personne déclarée comme décédée).

Selon le géant américain, cette opération vise à épurer les données liées à chaque page Facebook pour améliorer leur performance (analyse plus pertinente des audiences), et parce que cette mesure a déjà été mise en place au niveau des pages individuelles.

A noter cependant que si un compte désactivé est réactivé, ses likes le seront eux aussi. Facebook prévient donc ses utilisateurs de pages qu’ils devraient s’attendre à un léger recul de leurs compteurs de likes dans les jours qui viennent.

Wikipedia, un exemple de perfection socio-technologique

wikipedia perfection

Lorsque l’on créé un site web, développer une communauté représente l’un des principaux challenges qui dépasse les lois de l’informatique et nous fait pénétrer dans la dimension psycho-sociale d’Internet: comment intéresser les individus? Comment leur donner un sentiment d’appartenance à la communauté? Comment organiser les membres de la communauté pour en garantir la préservation? Comment garder les rênes sur la gestion du site avec une communauté qui grandit et réclame des privilèges décisionnels?

La gestion de la communauté

Parvenir à croître une communauté ainsi qu’à la canaliser n’est pas chose facile. Cela s’apparente même à de la science politique, une discipline fort complexe et qui se réinvente constamment au gré de l’actualité. Si le gestionnaire d’un site opère de manière trop autoritaire et n’inclut jamais l’avis de sa communauté dans ses choix de développement, celle-ci se sentira lésée, et cela aura un impact sur le désir de s’investir de ses membres. Si le gestionnaire du site adopte un style trop laisser-faire, alors il y a des chances pour que les débordements se multiplient, et qu’à terme le chaos social fasse fuir les membres. Le gestionnaire doit donc opter pour un modèle démocratique de gestion de sa communauté, c’est-à-dire définir des lois et un système décisionnel composé de responsables communautaires intégrant l’avis de la communauté dans leurs décisions.

L’objectif de la communauté

Selon le projet que porte la communauté, le besoin de structures sociales sera plus ou moins grand: sur Hot or Not, l’utilisateur est limité à un choix dans son interaction avec le site (Hot ou not hot). Sur Reddit, les utilisateurs doivent soumettre des contenus intéressants et voter pour les meilleurs contenus. La communauté est donc en charge de mettre en valeur les contenus qui intéressent le plus les internautes, une tache peu évidente qui requiert une certaine discipline éditoriale. Sur Wikipedia, la tache est infiniment plus complexe: la communauté est en charge de reproduire les principales connaissances de l’humanité de la manière la plus objective possible. Ici, la responsabilité de la communauté est conséquente, car le contenu produit doit être complet et de qualité encyclopédique.

Sur Hot Or Not, seule une action est requise chez les utilisateurs, les risques de débordements restent donc limités. Sur Reddit, les risques sont plus élevés, les utilisateurs pouvant soumettre des contenus indésirables et abuser des algorithmes du site. Sur Wikipédia, les risques sont très élevés, les utilisateurs étant en charge d’écrire la principale source de connaissances sur terre. Plus les risques sont élevés, plus le besoin de créer une couche d’utilisateurs-modérateurs se fera ressentir.

Les obstacles au développement communautaire

Comme évoqué plus haut, le style de management de la communauté peut être une entrave à l’épanouissement de ses membres. Les outils dont jouissent les membres pour construire le contenu détermineront également leur contrôle sur l’évolution du contenu, et donc la sensation de contribuer activement à un projet global. Peu d’outils à disposition de la communauté réduit l’engagement de ses membres. L’importance du projet tel qu’il est perçu par les partis externes à la communauté dynamise également ou non l’effet identitaire d’appartenance au site. Ainsi, la réputation d’un site va fortement influencer le désir de ses membres à s’y investir, et va même aller jusqu’à déterminer la typologie de ses membres.

Je partageais une discussion avec un collègue qui m’expliquait qu’une de ses connaissances possédait une communauté de contributeurs sur son site qu’il avait développé en distribuant des privilèges à certains membres afin d’en faire des modérateurs actifs ainsi que des ambassadeurs. Un système de distribution des tâches et des responsabilités engrange une hiérarchie sociale, une dynamique essentielle dans le développement d’une communauté.

Les epic fail

Les histoires d’échecs de développement communautaire sont nombreuses sur le web: Digg s’était fortement appuyé sur la force de certains de ses membres pour se développer. Ces membres avaient acquis un pouvoir tel qu’ils constituaient un contre-pouvoir qui entravait sérieusement les décisions des équipes officiellement dirigeantes. Ne parvenant pas à reprendre le pouvoir, Digg a décidé d’irradier ces membres influents de sa communauté un après l’autre. En agissant de la sorte, Digg s’est coupé une jambe et a perdu son aura de pionnier prometteur de l’ère 2.0.

Twitter a également traversé des embrouilles communautaires. Pour croitre, Twitter avait fait le pari ambitieux d’ouvrir complètement ses APIs aux développeurs indépendants afin qu’ils développent eux-mêmes les fonctionnalités destinées aux utilisateurs. À ses débuts, 80% de l’activité générée sur la plateforme Twitter provenait des applications tierces. Lorsque Twitter eut atteint un certain seuil de développement, les besoins de consolidation et de réappropriation des membres de sa communauté se sont fait ressentir. Twitter a alors abandonné sa politique d’ouverture de ses APIs, coupant ainsi le courant à des dizaines de milliers d’applications tierces qui disparurent du jour au lendemain. Du coup, les développeurs ont déserté l’API par milliers, et l’écosystème des outils Twitter s’est fortement appauvri.

Le point de cassure suite à un désaccord entre un gestionnaire de site et sa communauté est variable: une communauté se retrouve asservie à son site si celui-ci ne connait pas de concurrence sérieuse. Par exemple, sur Facebook, la communauté a souvent exprimé un fort désaccord vis-à-vis de certains axes d’évolution de la plateforme. Cependant, où aller à part Facebook pour retrouver toutes ses connaissances? Facebook tient un monopole sur le marché des réseaux sociaux, tout comme Google sur le marché de la recherche en ligne… Leurs utilisateurs peuvent se plaindre, mais ils peuvent difficilement fuir… D’un autre côté, sur un forum classique, si la communauté se retourne contre les dirigeants, il sera aisé de reproduire un forum identique et faire migrer les membres de la communauté vers ce nouveau site.

Le rayonnement de Wikipédia

De tous les sites qui dominent le web aujourd’hui, Wikipedia est de loin l’exemple par excellence de réussite communautaire:

  1. La communauté Wikipedia est ouverte à tous.
  2. Le site figure dans le top5 des plus fréquentés au monde.
  3. Plusieurs centaines de milliers de membres ont déjà contribué à l’encyclopédie ouverte.
  4. Le site est la principale source de connaissances sur le Web.

Outre ces mesures quantitatives, Wikipédia a atteint une qualité incomparable dans l’histoire du user-generated content: le contenu du site est entièrement produit par ses utilisateurs, de la création des pages à leur modération, en passant par la définition de l’ensemble des règles qui encadrent le processus de création. Wikipédia est presque intégralement le fruit de sa communauté qui a littéralement fait la plateforme.

La communauté est tellement impliquée et soudée que ceux qui le souhaitent peuvent créer leur propre Wikipedia en s’appropriant MediaWiki, le logiciel qui permet de créer et gérer un wiki, et que l’association met à la libre disposition des internautes. Les gestionnaires du site ne s’inquiètent pas de la fuite de leur communauté: Celle-ci est si bien ancrée dans le site qu’il faudrait un tremblement de terre numérique pour la faire fuir.

Pour évoluer de la sorte, l’équipe dirigeante de Wikipedia a décidé de tout faire pour favoriser la croissance d’une communauté pérenne: le coeur dirigeant ne s’est pas formé en entreprise mais en association, pour défendre au maximum un positionnement de neutralité. Les dirigeants de l’association sont cantonnés à gérer la dimension juridique du projet, l’hébergement des données, ainsi que de donner les directives globales de développement de la plateforme. Des administrateurs bénévoles enclenchent le pas pour la mise en place opérationnel et son bon déroulement. Des modérateurs, eux aussi bénévoles, contribuent à la plateforme mais interviennent également sur les situations de mésentente et de conflit. Ces modérateurs sont les ambassadeurs des principes philosophiques de la communauté. Viennent ensuite les contributeurs réguliers, des membres qui s’investissent pour le pur plaisir de faire évoluer le savoir publiquement accessible du site. Enfin, une couche importante de contributeurs occasionnels viennent compléter les connaissances manquantes, souvent de manière anonyme, mais presque toujours sous l’oeil averti des modérateurs et des contributeurs réguliers.

Indéniablement, le système de hiérarchie sociale de Wikipedia est le plus évolué de tout le world wide web, étant composé de plusieurs « classes » de membres ayant chacune en charge la gestion d’un organe vital du site.

En termes d’outils, la communauté n’est pas en manque: guide d’utilisation exhaustif, espaces de discussion, syntaxes de mise en forme, ajout de média, gestion des versions, modération et blocage des membres, interfaces de veille, outils d’analyse des contenus, d’analyse des comportements, … Wikipédia possède une infrastructure socio-technologique complexe.

Se moquer de la perfection

Il est donc risible d’entendre les journalistes et autres intellectuels de comptoir critiquer la véracité des informations publiées sur Wikipédia ainsi que les compétences de sa communauté. Tout d’abord, la communauté n’est rien de plus qu’un échantillon de l’humanité, dotée des faiblesses propres au type humain.

Ensuite, l’information produite sur Wikipédia est tellement élaborée qu’elle en est bluffante: le site est parti de zéro, pour arriver aujourd’hui à des dizaines de millions d’articles pour la majorité bien rédigés. Ces articles ne sont pas juste le fruit du travail rédactionnel d’une poignée d’hommes, mais surtout le résultat d’un processus consensuel de la part des membres de la communauté.

Avant de formuler des critiques envers Wikipédia, il faut d’abord être capable d’appréhender les leviers qui permettent son existence. Lorsque l’on analyse la dimension socio-technologique de Wikipedia, cela permet de mieux comprendre en quoi l’encyclopédie ouverte reste un modèle communautaire encore inégalé aujourd’hui.