Restaurant Promouvoit Groupe Facebook Sur Sac De Livraison

restaurant marketing facebook

Hier avec ma femme et mon fils, nous avons commandé un plat indien sur le site Maharaja. Au niveau de la nourriture, rien de très exceptionnel. Cependant, sur le sac de livraison était agraphée une carte qui invite les clients à rejoindre le groupe Facebook du restaurant.

Le restaurant Maharaja semble être à l’écoute des nouveaux outils Web pour faire grossir ses ventes: Le restaurant utilise la version white label de Chrono Resto, un produit qui existe depuis moins d’un mois. Pour ce qui est de la page Facebook, je n’ai pas pu savoir si c’est Chrono Resto qui offre cet outil relationnel, ou si c’est le restaurant Maharaja qui en a eu l’initiative.

Voici les deux originalités de la stratégie du Maharaja:

1. Le groupe Facebook est largement mis en avant: La carte agraphée sur le sac est inloupable (cela comprend un petit budget impression).
2. Maharaja a choisi un groupe et non une page Facebook. Alors que les Fan pages Facebook sont plus maléables, les groupes Facebook ont cet atout majeur: L’administrateur peut envoyer un message à chaque membre du groupe. Je ne sais pas si c’était intentionnel de la part du restaurant de prendre un groupe plutôt qu’une Fan page, mais c’est beaucoup mieux car la principale utilité du groupe est de diffuser des promos à ses membres (clients).

J’applaudis cette initiative, même si le restaurant Maharaja est loin d’être le seul a utilisé Facebook pour fidéliser ses clients. Cependant, j’attends toujours de voir en France un commerce qui ose utilisé Twitter de la meme manière pour remplir les mêmes objectifs marketing…

Tattoo: Le Vilain Petit Android De HTC

Portable affreux

En arrivant en France, je me suis pris un Samsung Galaxy. Vu que SFR m’a coupe ma ligne et que le Galaxy n’est pas débloquable pour le moment, je me suis pris un HTC Tattoo avec Bouygues. Le premier avantage du Tattoo par rapport au Galaxy, c’est que le Galaxy est un Android 1.5, et le Tattoo est un 1.6, et franchement ça fait une grosse différence ces petits chiffres. Je remercie SFR de m’avoir coupé mon compte sans préavis, ça m’a permis de réparer cette petite erreur sans payer les 24 mois d’engagement.

Le HTC Tattoo est un téléphone sympa, mais je trouve que HTC s’égard un peu dans les réseaux sociaux intégrés au téléphone, dans l’interface utilisateur, ainsi que dans la compatibilité avec les applications du marché Android. Voici donc mon petit rapport sur le HTC Tattoo.

Les réseaux sociaux intégrés

Aie aie aie! Quelle grosse erreur de la part de HTC d’essayer de prendre le pas sur la liberté que les utilisateurs ont avec le marché Android. Lors de la première utilisation du téléphone (et ensuite accessible via les settings), HTC vous demande vos identifiants Facebook, Twitter et Flickr. De cette manière, l’utilisateur peut communiquer directement avec ses amis sans passer par une application téléchargée.

Il y a plusieurs problèmes à cette situation:

1. L’intégration Facebook par HTC est nulle: On ne peut pas se promener librement sur le profil de nos amis, voir leurs status updates, commenter, etc… De plus, à chaque fois que l’on reçoit une notification provenant de Facebook, en cliquant dessus, on tombe automatiquement sur les photos de la personne, et c’est extrêmement difficile de s’en echapper.

2. HTC croit pouvoir lier les contacts du contact book avec les contacts Facebook. Cependant, l’utilisateur doit manuellement associer tous ses contacts. HTC n’a pas développer quelque chose suffisamment intelligent pour que ses utilisateurs fassent: « wow, trop bien! »

3. Des entreprises dirigées par les meilleurs entrepreneurs du Web dépensent plusieurs centaines de milliers de dollars par mois afin de développer des applications pour Facebook et Twitter (Seesmic, Tweetdeck). Pourquoi HTC s’est-il donc dit qu’il pouvait faire mieux, alors que la boite est spécialisée en hardware mobile. Les gars, l’intégration d’applications sociales dans votre téléphone est affreuse. Très mauvaise stratégie!

L’interface utilisateur

Bienvenue dans le nouveau Star Trek, version sous-marin. Je ne connais pas l’âge de l’équipe en charge du design de l’interface utilisateur, mais ça doit pas monter bien haut. L’interface est recouverte de grosses barres grises graissées d’effets embossed affreux. Il y en a une en bas sur l’écran homescreen. Pareil lorsque l’utilisateur sort le téléphone de l’état de veille.

Le design du téléphone est pas vraiment mieux: Epais, gris, carré, bords arrondis. L’interface « grid » de l’album photo est repoussante. Contrairement au Samsung Galaxy, le Tattoo n’a pas de flash (donc oubliez les photos après le coucher du soleil).

Bref, au lieu de faire léger comme le iPhone, le Tattoo de HTC fait lourd:

htc tattoo android

Compatibilité avec applications du marché

Le problème pour les développeurs Android que les développeurs de iPhone n’ont pas, c’est la compatibilité avec plusieurs modèles de téléphone, et plusieurs versions d’Android. Dans le cas du Tattoo, tout d’abord, mon application préférée pour Twitter, Loquacious, n’est pas disponible sur le marché.

L’autre problème, beaucoup plus embêtant, est que l’application officielle de Facebook pour Android est elle aussi absente du marche sur Tattoo. La seule alternative, pas trop degueu non plus, c’es la version light de Babbler, une app que j’ai utilise sur mon G1 jusqu’a ce que Facebook n’offre sa propre app.

La carotte, c’est que si l’utilisateur ne connait pas Babbler, alors il va simplement utiliser l’application pourrie Facebook que HTC a intégré dans le téléphone.

Franchement, Facebook devrait mieux policer ce qui se fait autour de son réseau social, car HTC arrive à tourner Facebook en quelque chose d’indigeste, et c’est tout le monde qui y perd. Surtout, Facebook devrait s’assurer que leur application est compatible avec tous les modèles Android, je sais pas, juste histoire d’affirmer leur leadership dans le mobile ‘n social.

De manière générale, les choses tournent plutot bien sur le Tattoo. J’aurais préféré que HTC reste sur ses terres de hardware comme il l’avait fait avec le g1, au lieu d’essayer quelque chose qui n’a pas beaucoup d’intérêt stratégique pour eux. Enfin… le Tattoo devrait disparaître bien vite avec l’arrivée du Milestone et les versions 2.0 d’Android.

Gouvernement US: Twitter/Facebook Sur Ecoute

twitter police

twitter police

Non, ce n’est pas une blague! David Herron écrit sur son site que plusieurs bureaux de services secrets Américains utilisent les réseaux sociaux tels Twitter ou Facebook pour réunir de l’info juteuse sur nos vies privées. Une étude réalisée par l’Université de Berkeley, Californie, enquête sur les méthodes que certaines agences fédérales emploieraient pour creuser dans nos profiles publics et privés:

La Clinique Samuelson a envoyé une douzaine de requêtes sous l’autorité de l’EFF à l’Agence de l’Intelligence Centralisée, le Département de la Justice, le Département de Homeland Security, et d’autres agences, demandant plus de précisions sur la manière dont le gouvernement collecte et utilise ces information sensibles. Lorsque nombre d’agences ont refusé de répondre à cette enquête, la Clinique Samuelson a porté plainte au nom de l’EFF […] Le procès a pour but d’ordonner le partage de tous les dossiers qui concernent les politiques d’utilisation des réseaux sociaux dans les enquêtes gouvernementales (source official FOAI complaint).

Au fait, rien ne dit que les politiques d’utilisation des réseaux sociaux ne sont pas éthiques, si ce n’est que l’on refuse de nous le communiquer. Quel type d’information un réseau social contient-il que le gouvernement ne sait pas déjà ? Les réseaux sociaux son d’une grande aide aux Fédéraux pour comprendre le graphe social de chaque individu. Facebook est une mine d’or du graphe social (c’est Facebook qui a fait de ‘social graph‘ un buzzword en 2008). Dans notre chère ère du Web, les Fédéraux ne sont plus limités à intercepté des ondes radio pirates pour s’infiltrer dans les conversations, ou a mettre tout le pays sur écoute: Maintenant ils peuvent observer en détail les connections entre les individus, les discussions, les influences, et la propagation d’idées dissidentes.

Si Facebook n’est pas forcé par la loi d’ouvrir son data center au gouvernement, certaines personnes peuvent conseiller ‘hors-antenne’ sur les manières de déjouer le système privé de certains sites (comme des fausses demandes d’amis ou du partage de donnes via les applis).

En Mars 2009, une poignée de créateurs de startups Web se sont rendus à la Maison Blanche pour suggérer au Gouvernement des nouvelles perspectives de développement pour l’économie Américaine. Une fois que l’om commence à serrer la main de quelques bandits du gouvernement, on ne s’en échappe plus.

Mon argument est que les agences fédérales sont probablement très bien renseignées par des développeurs qui travaillent pour de grands réseaux sociaux. Par exemple, ce type de news ne se diffusent pas pour rien dans les lieux techie de San Francisco, même si elle s’avère être fausse. Une fois de plus, les Américains doivent un grand merci aux intellos de Berkeley qui défendent leurs droits pendant qu’ils tweetent à tout va en négligeant l’œil pervers du gouvernement sur leurs vies.

Enfin, je parle d’eux, mais c’est probablement pareil en France !

Traduction de Twitter Stuff.