Pourquoi installer Chrome, Firefox, AOL et Opera sur votre poste?

web puzzle

web puzzle

Comment choisit-on un navigateur Web? De mon point de vue, tout Internaute devrait avoir 4 navigateurs Web installés sur sa machine. Ci-suit la liste de ces navigateurs, et la raison pour installer et utiliser chacun d’eux.

  1. Chrome: Chrome est probablement le navigateur le plus fluide et le plus rapide sur le marché aujourd’hui. Je recommande Chrome pour faire usage des produits Google, et Google Docs en particulier. Les deux marchent très bien ensemble, et ce n’est pas un hasard. Le hic, c’est que Chrome a des soucis de comptabilité avec Windows 7, et par exemple, je ne peux plus installer Chrome sur mon poste perso pour une histoire d’incompatibilité.
  2. Firefox: Firefox offre l’avantage de la neutralité, de ne pas faire partie du monopole de la navigation en ligne par Google. De plus, Firefox jouit d’une communauté de développeurs qui ont développé des fonctionnalités supplémentaires vraiment hors du commun, et orientées productivité Web.
  3. AOL: Rigolez, mais la seule faiblesse du navigateur AOL, c’est son nom. La raison pour installer le navigateur AOL, c’est simplement que celui-ci vous permettra de naviguer derrière proxy sur tous les autres navigateurs que vous utiliserez. C’est gratuit, rapide, propre (comparé aux listes de proxy publiques qui sont super spammées et déjà blacklistées sur la plupart des sites) et ne demande aucune connaissance en programmation/développement Web pour l’utiliser à bon escient.
  4. Opera: Vous aurez besoin d’Opera car il y a toujours un navigateur pour vous crasher entre les pattes, et à ce moment-là, il vous faut une troisième roue qui fonctionne bien et vous permet d’accéder aux mêmes sites auxquels vous accédez habituellement, sans problèmes de compatibilité.

Voilà. Je n’utilise jamais Explorer car c’est trop 1. lent, 2. moche, 3. inadapté. Par contre, je vous recommande effectivement d’installer tous ces navigateurs sur votre poste. Chaque navigateur contient énormément d’informations sur vous, votre historique de navigation, vos identifiants. Ainsi, on ne peut plus se permettre aujourd’hui de négliger nos outils de navigation Web, car ce sont nos informations confidentielles qui sont exposées aux yeux de tous. Varier ses navigateurs, c’est aussi protéger son identité.

MyPhotoLock détourne Facebook pour améliorer la vie privée de ses utilisateurs

myphotolock

Chez Facebook, les paramètres de vie privée sont aussi instables que la livre turque: un jour rassurant, l’autre menaçant. Aujourd’hui, les paramètres de partage de nos photos sont plutôt rassurant: Paramétrage global, ET paramétrage par album. Cependant, l’ombre règne au-dessus des utilisateurs de Facebook qui se sont déjà fait octroyer une partie de leur vie privée, et qui se retrouve aujourd’hui à jongler avec des paramètres de protection de leur vie privée qu’ils ne comprennent pas. Cette instabilité est source d’angoisse pour les utilisateurs qui ne veulent pas quitter Facebook, mais qui recherchent un moyen de mieux contrôler toute donnée sensée rester personnelle.

A cet effet, une extension Firefox vient de se lancer avec pour mission d’adresser le problème identifié ci-dessus: l’extension MyPhotoLock permet, au moment d’uploader des photos sur Facebook ou Flickr, de sélectionner un à un les amis qui auront le droit de voir l’image mise en ligne, ainsi que de garder un contrôle permanent sur l’affichage de ces photos. Pour bien comprendre ce que MyPhotoLock fait, il fait le comprendre comme un aggrégateur de listes d’amis couplé à une méthode bien spécifique d’encrytpion de l’information.

myphotolock

MyPhotoLock a été développé par Clément Cazalot, développeur et entrepreneur Web du sud de la France. Clément Cazalot a observé qu’aujourd’hui encore, que ce soit sur Facebook ou ailleurs, partager du contenu en ligne est une action stressante car on s’expose toujours au risque d’être recopié et redistribué par des tiers malintentionnés. Clément Cazalot a donc développé MyPhotoLock avec pour objectif d’offrir une solution concrête qui offre 100% de contrôle sur les documents publiés en ligne. Le premier volet de son projet s’adresse à Facebook et Flickr, où la demande est particulièrement forte.

Comment marche MyPhotoLock?

Une fois l’extension MyPhotoLock installée sur le navigateur Firefox, il suffit à chaque upload de sélectionner des photos d’un côté, et des amis de l’autre. Une fois uploadées, ces photos ne seront visibles que par les amis mis en partage (et qui auront installé MyPhotoLock sur leur propre navigateur). Toute personne ne figurant pas sur la liste de partage n’a aucune chance de voir la photo.

Ensuite, ce qui permet à MyPhotoLock de ne jamais se tromper sur les personnes autorisées à consulter un document, c’est que l’information sur les destinataires de la photo est encryptée dans la photo même. Sans trop rentrer dans les détails techniques, la photo est elle-même hébergée sur Facebook ou Flickr, mais chaque fois qu’un visiteur appelle une photo, un script contenu dans la photo fait un appel à sa méta qui est hébergée elle sur Picasa. Dans la méta, le script trouvera toutes les informations sur qui à le droit de voir quoi, à la suite de quoi le script autorisera l’affichage de la photo ou non.

Clément Cazalot a dû détourner les ressources mises à disposition par Facebook pour parvenir à ses fins. Ceci signifie que MyPhotoLock pourrait se faire couper l’accés aux serveurs Facebook à n’importe quel moment.

Répondre à un besoin…

Si l’application MyPhotoLock venait à disparaître pour non-conformité à certaines règles en vigueur, la technologie d’encryptage et de partage de documents en ligne derrière MyPhotoLock n’en est qu’à ses débuts. Sans avoir un business plan, un plan marketing, ou même un plan tout court, le développeur de MyPhotoLock s’attaque à Goliath avec la conviction que les utilisateurs de Facebook attendent ce genre de contrôle sur leurs photos. Pour rallier des gens à sa cause, Clément Cazalot a complètement ouvert sa technologie d’encryptage, ce qui signifie que tout développeur peut créer une application similaire très facilement, et surtout innover sur la base initiale.

De l’innovation, MyPhotoLock en a certainement besoin: à l’heure actuelle, l’application n’existe que comme extension Firefox, le masquage de photos aux visiteurs non-autorisés n’est pas très sexy, et si MyPhotoLock répond clairement à un besoin des utilisateurs Facebook, celle-ci doit encore à prouver que son système de gestion des contacts et des paramètres de confidentialité est plus fluide que celui qui existe aujourd’hui sur Facebook.

A partir de là, tout devient stratégique entre Facebook et MyPhotoLock: Si la plateforme sociale décide de bânir MyPhotoLock, c’est que celle-ci commençait à devenir trop gênante. Un paquet de développeurs lanceront alors leur variante à MyPhotoLock, sachant que le parc d’utilisateurs de MyPhotoLock, et potentiellement plus, est disponible (et la techno est open source). Plus Facebook bloquera, plus la contre-offensive se fera forte. Ainsi, au niveau stratégique, Facebook a plus intérêt à se rapprocher de la personne à l’origine du projet dès sa conception, pour ainsi garantir un travail collaboratif qui aura pour noble mission de rendre la sensation de confort et de vie privée aux utilisateurs du réseau social le plus utilisé au monde.

RWW part à la ren­contre de l’innovation française en par­te­na­riat avec l’Opencoffee France. L’opencoffee orga­nise des ren­contre heb­do­ma­daire sur paris (plus d’information sur leur site) pour les entre­pre­neurs des nou­velles tech­no­lo­gies. RWW sera pré­sent une fois par mois pour réa­li­ser des entre­tiens et vous faire par­ta­ger les projets français de cet écosystème.

Tiny Tweet: Selectionnez, C’est Tweeté!

twitterfirefox

Voila une petite extension sympathique pour les utilisateurs de Firefox: Tiny Tweet. Cette extension est un outil pratique pour tout ceux qui dévorent du contenu en ligne et aiment partager leurs découvertes avec leurs followers.

Son fonctionnement est très simple: Sélectionnez du texte, et un petit lien « Tweet This » apparait:

twitteradar tweetthis

Une fois que l’on clique sur le lien, via OAuth, on est redirigé directement sur son compte Twitter. Le texte sélectionné est automatiquement inséré dans la boite de dialogue, suivi du lien bit.ly de la page d’origine:

twitteradar tweetthis tweet

Et voila le travail! Cette extension peut être un bon compagnon de lecture car sa facilité d’utilisation rend le partage de l’information avec la communauté Twitter extrêmement fluide.

Vivement la même pour Chrome!