La télé, la pub, et Twitter

France 2 publicité Twitter 1slf

France 2 publicité Twitter 1slf

J’ai l’habitude de constater au quotidien à quel point Twitter est mal intégré en France: je jette toujours un coup d’oeil sur le smartphone des autres dans le métro et je ne vois jamais une timeline Twitter (Facebook oui, beaucoup). Je fais également attention aux affiches publicitaires et même constat. Pareil dans les commerces, jamais une allusion faite à Twitter alors qu’il commence à y avoir pas mal de promos Facebook. Je suis sûr qu’il y a des pubs diffusées en France qui contiennent une allusion à Twitter (bon à part pour les pubs de smartphones), mais je ne les vois pas.

Jusqu’à aujourd’hui où, posé à la table d’un café, feuilletant La Parisienne (équivalent de Madame Figaro du Parisien), je suis tombé sur cette pub pas aguichante du tout pour une émission de France 2, mais sur laquelle était communiqué le hashtag associé à l’émission. Vu que l’émission a l’air complètement idiote et sans intérêt, je vais éviter de citer son nom. Par contre, l’équipe en charge du marketing de l’émission a le mérite d’aller de l’avant, et cela fait plaisir à voir.

D’autant plus que c’est une idée 1. bonne, et 2. économique d’associer un hashtag à une émission télé, et d’y consacrer 3 cm² sur sa com print. Cela n’engage à rien en termes de community management, et ça permet aux téléspectateurs d’échanger facilement entre eux.

Twitter nous pond quelque chose d’énorme

twitter pond enorme

twitter pond enorme

Après deux jours de buzz intensif, Twitter a finalement annoncé le lancement d’une application officielle Twitter pour Blackberry. Dans une avalanche de news, on apprend 24 heures plus tard que Twitter a fait l’acquisition de Tweetie, l’application Twitter sur iPhone. Tweetie va être intégré aux infrastructures de Twitter, l’application sera renommée Twitter , et elle deviendra gratuite.

Cette vague d’achat reflète le lancement d’un plan de monétisation plus intensif pour Twitter Corp . En venant se positionner sur le marché RIM et iPhone, Twitter s’ouvre de nouveaux canaux de revenue potentiel : Encarts pub ou user data sont les deux options auxquelles je pense. En possédant des communautés d’utilisateurs mobile, Twitter pourra également se payer le luxe d’experimenter de nouvelles fonctionalités type check-in.

Cette vague d’achat se déroule une semaine avant la première conférence pour développeurs Twitter, Chirp. Tout développeur hier client de la plateforme Twitter se retrouve aujourd’hui en compétition frontale avec leur maison-mère, du moins sur iPhone et Blackberry. Il est fort probable que seules les applications officielles Twitter seront suggérées aux utilisateurs, ce qui peut fortement détèriorer l’attention que les utilisateurs donnent aux applications tierce.

Un autre détail à cette situation est qu’aucune application Android n’a été acquise ce week-end. Le choix d’applications Twitter dans le marché Android est sympa, mais rien de rock-solid comme Tweetie. Android en soi-même est une plateforme tellement fracturée qu’aucune application ne peut vraiment parvenir à une stabilité parfaite. Je me demande aussi si le fait que Google soit derrière Android n’est pas quelque chose qui gêne Twitter…

Finalement, la rumeur dans le milieu de développeurs Twitter est que Twitter Corp va annoncer durant la conférence Chirp le lancement d’une API dédiée uniquement aux tweets publicitaires : Tout réseau publicitaire générant un revenu via une offre Twitter devra passer par cette API et payer la douane.

En pleine ébulition, voila la formule que j’utiliserai pour définir cette phase de changement à laquelle nous assistons : Au lieu de conserver une stratégie centralisée plateforme, Twitter a sauté dans le marché de son éco-système, probablement dans le but de 1. Développer une relation plus directe avec les utilisateurs mobile, et 2. Mettre en route une pompe à sous qui va justifier les +$150 millions investis dans l’entreprise.

Campagne Anti-Pub Dans Métro Parisien (19/03/2010 – Métro Invalides)

Antipub métro 5

Ce matin, comme tous les matins, j’ai fait un changement au métro Invalides pour déposer mon fils à la crèche (il a +2 ans). Au tournant d’un couloir, je suis tombé sur une première anti-pub, puis sur une deuxième, une troisième, et pour me rendre compte qu’une dizaine d’encarts publicitaires de la station Invalides avait été hackés.

J’applaudis une telle opération de rebellion puérile, donc j’ai pris des photos afin d’immortaliser cette petite intrusion dans le quotidien saturé de publicités des Parisiens:

Antipub métro 1Antipub métro 2Antipub métro 3Antipub métro 4Antipub métro 5Antipub métro 6Antipub métro 7

Google Chrome Envahit Paris

google chrome gare montparnasse

Depuis 2010, Google Chrome fait sa com dans les lieux publics parisiens. De toute évidence, Google veut que tout le monde sache que Chrome est un navigateur Web qui ne crash (hem) jamais.

Alors que Google est connu en ligne pour ses petits encarts publicitaires discrets, la multinationale américaine va bientôt être plus connue pour ses grosses affiches envahissantes. Pour preuve la photo ci-dessus capturée dans la gare Montparnasse cette semaine.

Avec ca, si Chrome ne gagne pas vite en adoption, c’est vraiment que l’affichage ne sert à rien dans la guerre du Web.

Chrome Fait Du Metro-Branding à Paris

google chrome publicite

C’est fait, j’ai finalement vu une pub Chrome à Paris. Je lisais à droite et à gauche que ces pubs tournaient déjà en Europe, mais je n’en avais encore jamais vu à Paris.

Cette poussée aggressive de Google dans le marché du navigateur fait parler sur le Web. Comme il est précisé sur ce blog, en Octobre 2009, Chrome avait 2.9% de part de marché, contre 62% pour Internet Explorer, 28.4% pour Firefox, et 4.3% pour Safari. Cependant, il ne faut pas négliger ce petit deal entre la fondation Mozilla (Firefox) et Google: Pour $57 millions, Google s’est acheté la page par défaut du navigateur Firefox jusqu’en 2011. Ce qui veut dire que 28.4% du marché est à 1 click de télécharger Chrome chaque fois qu’il ouvre Firefox (ou presque).

Donc cette opération de branding est sympa mais je vois ça comme de la poudre aux yeux. Tout d’abord, si vous vous rappelez bien, lorsque Google a lancé ses campagnes d’affichage Google Apps aux Etats-Unis, c’était en Aout 2009, un mois apres avoir retiré l’étiquette ‘beta’ de tous ses principaux produits.

Cependant, on remarquera dans le cas de Chrome que le produit est toujours en version ‘beta:

google chrome beta

Certes les produits Google Apps s’achètent, alors que Chrome est gratuit. Cependant, il ne le sera probablement pas toujours avec l’arrivée de Chrome OS. Ce qui confirme l’idée que pour l’instant, Google ne fait que du branding autour de Chrome, afin de préparer le terrain pour un operating system qui sera publicisé probablement beaucoup plus en puissance.