Twitter: Publier automatiquement ses tweets sur Google+

G+ versus twitter+facebook

G+ versus twitter+facebook

Lancé il y a moins d’un an, le réseau Google+ connaît la courbe de croissance la plus fulgurante de toute l’histoire des réseaux sociaux (c’est aussi le premier réseau social majeur non-lancé en mode startup). Sur Google+, l’innovation technique est au rendez-vous, à un détail près: l’API Google+ est en mode read-only, ce qui signifie qu’une application telle que Tweetdeck ne peut pas vous proposer de publier des actus sur votre compte Google+, car les serveurs Google+ ne sont pas encore configurés pour une telle opération.

C’est bien regrettable car même si les nouvelles possibilités offertes par Google+ sont appréciables, certains d’entre nous ont leurs habitudes avec Twitter, et ne désirent pas particulièrement republier manuellement sur G+ tous leurs tweets. Il existe bien un plugin Chrome qui permet d’automatiser l’envoi de tweets vers Google+, mais ça reste limité à Google Chrome. Heureusement, il existe un petit hack qui permet de contourner cette limitation et de publier automatiquement sur Google+ tous vos tweets (ou juste certains d’entre eux). C’est un procédé qui prend 10 petites minutes à paramétrer, et après vous serez en mode tranquille automatique, à ne plus vous soucier d’afficher un profil Google+ inactif.

Pour réaliser cette opération, vous avez besoin:

  • Comptes Twitter et G+
  • Un compte Ifttt
  • Un compte Google Voice

Paramétrer Google Voice

Avant même de se rendre sur Google Voice, vérifiez que votre compte G+ n’est pas déjà associé à votre compte Google Voice, car l’objectif pour le moment est d’obtenir un message d’erreur de la part de G+ (page settings).

Ensuite, direction Google Voice, où il va vous falloir obtenir l’adresse mail qui vous permettra de publier vos tweets sur G+ via email, la publication par email étant le seul moyen de publier sur G+ sans se rendre sur plus.google.com.

Dans paramètres > Voicemail & Text, cocher l’option « Text Forwarding:Forward text messages to my email: ». S’assurer que l’email paramétré correspond à l’email du compte Google+.

Ensuite, à partir du module d’envoi de SMS (« text »), envoyer un message test au 33669. Cette astuce permet de récupérer l’adresse email secrète qui rend possible la publication sur G+ par email. Un message d’erreur est alors renvoyé par google+: 33669: Google+: Did not understand the request.. Vu que vous avez paramété le call-forwarding to email, vous devriez recevoir dans votre boîte gmail un la même réponse. Important: il faut récupérer l’adresse avec laquelle Google Voice a envoyé cet email. L’adresse email doit ressembler à ceci: 14158545479.33669.4JDNnZN3ST@txt.voice.google.com. On retrouve dans cette adresse votre numéro Google Voice, le numéro pour texter Google+, et un numéro unique pour identifier votre compte.

Il faut maintenant retourner dans les paramètres de son profil Google+ et soumettre son numéro Google Voice pour associer les deux comptes, ce qui permettra à Google+ de reconnaître vos envois.

Vous voilà déjà avec une adresse email bien utile qui permet de publier directement sur G+ à partir d’une boîte email. Il s’agit maintenant d’exploiter cette adresse email pour automatiser l’envoi de tweets vers G+.

IFTTT FTW!

L’outil le plus intuitif, le plus efficace, et le plus hype pour paramétrer l’envoi automatique de tweets vers votre boîte email s’appelle IFTTT (If this then that). Une fois loggé, il faut créer un nouveau task (tâche):

If this > Twitter > New tweet by you (sélectionnez ce qui vous chante ici) > create trigger > then that > Gmail > send an email

Dans le formulaire de création de votre message, entrez votre adresse email magique dans la partie to address, pour subject entrez {{Text}}, et pour body entrez {{Text}} +public. Ne pas oublier de finaliser en appuyant sur create action.

Automate, activé!

Félicitations, vous venez d’automatiser l’envoi de tweets vers G+. Vous pouvez maintenant remettre les mains dans vos poches et retrouver la sereinité des 140 caractères max. Comme vous pouvez le constater sur mon profil Google Plus, tout marche à merveille, sans souci d’affichage ou de bug obscure.

Profitez de ce petit hack pour lancer votre compte Google+ sans attendre. L’API Google+ n’est pas vouée à rester fermée, et même l’équipe de Google ne cache pas qu’un mode read/write sera disponible dans les mois qui viennent. Cependant, les lois du Web social sont impitoyables, une attente de quelques mois peut se transformer en années-lumière de retard. Bâtir une communauté prend du temps et ne doit pas être remis à demain.

A noter qu’avec cette astuce, ce ne sont pas juste les tweets mais n’importe quelle activité qui peut être publiée automatiquement sur Google+: checkins, bookmarks, likes… Pouvoir jouer dès aujourd’hui avec des options qui ne seront disponibles que demain sur Google+ permet de prendre une avance certaine sur la concurrence, ainsi que de mieux cerner à quoi pourrait ressembler le prisme Twitter-Facebook-Google+ de demain.

Le gouvernement américain veut museler Twitter

hsmpress obama nyt

hsmpress obama nyt

Ces derniers jours, nous avons assisté aux premiers coups de massue que Twitter s’est pris sut le crâne: Aussi indépendant que le service souhaite rester, il ne peut demeurer un service ouvert à tous et pour tous. Le gouvernement américain ne supporte plus que des groupes islamistes proches de la mouvance djihadiste utilisent Twitter pour déployer leur « propagande » et « convertir » des occidentaux. En d’autres termes, Twitter est la nouvelle cible de la guerre aux sorcières de l’ère Ben Laden.

L’enjeu ici est de taille, surtout pour le moral et le devenir de Twitter. Twitter a toujours été le réseau ouvert, technologiquement d’un côté, mais moralement aussi, tolérant que toute opinion s’exprime, et délégant le devoir de censure à ses utilisateurs. Cet aspect d’ouverture fut un des principaux facteurs qui fit de Twitter une fast-growing startup.

Le réseau Twitter est unique, et sa liberté d’utilisation en fait le réseau le plus riche en information en temps réelle. Si le gouvernement américain venait à brider cette liberté, cela signerait la fin de Twitter comme nous le connaissons. Beaucoup d’informateurs risqueraient de quitter le réseau, comme:

  • Les journalistes et philosophes controversés
  • Wikileaks, Anonymous
  • Les représentants des pays ennemis aux États-Unis
  • Les politiciens et groupes politiques extrêmistes
  • Les taupes et autres informateurs anonymes

Lorsque la censure s’installe, la censure s’étale. Si le gouvernement parvient à censurer des comptes, il pourra probablement se procurer dans un futur proche toutes les informations liées à un utilisateur tel que son email, ses coordonnées géographiques, et autant d’informations que Twitter est capable de récolter sur tous ses utilisateurs. Face à cette insécurité de la protection des données personnelles, les whistleblowers et autres informateurs de premier rang quitteront Twitter de peur que le FBI ne débarque à leur porte.

C’est à se demander si l’entrée du prince Al-Walid dans le capital de Twitter à ce moment bien précis du jeu est juste un hasard…

Votre mec vous trompe-t-il sur Twitter?

Sexy séduction twitter

Sexy séduction twitter

Salut les filles! Est-ce que votre mec utilise Twitter pour vous tromper? Découvrez-le dès maintenant! Si le scandale récent du député américain Anthony Weiner flirtant sur Twitter a appris quelque chose aux filles, c’est que les gars n’hésiteront pas à utiliser Twitter pour brancher à tout va. Mais comment faire pour savoir si votre mec exploite son tweet-appeal pour aller voir ailleurs? Voici quelques indices qui peuvent vous mettre sur la piste:

1. Il gère plusieurs comptes Twitter. Peut-être le suivez-vous sur son compte Twitter officielle, mais possède-t-il d’autres @ que vous ne suivez pas du tout? Un conseil: au lieu de fouiller en secret dans ses textos ou les logs de ses appels, allez fouiller dans son Tweetdeck/Seesmic/autre. Vous y découvrirez probablement autant de choses qu’un homme découvre dans le sac à main d’une femme.

2. Certaines de ses followeuses vous sont complètement inconnues, et leurs photos vous donne l’impression de naviguer sur Meetic. Attention, il est inutile de s’enflammer trop vite: rendez-vous d’abord sur les profils des sulfureuses followeuses, et rappelez-vous qu’il y a aussi beaucoup de spammeurs qui ciblent les mecs en posant des photos de jolies femmes sur leurs faux profils.

3. Il a un compte Twitter que seuls ses followers peuvent suivre (compte privée) et vous n’en faîtes pas partie. Si il ignore vos demandes de following sur Twitter, ne vous enflammez pas: demandez à une de vos amies de lui envoyer une requête de following sur ce compte Twitter, et voyez comme il se comporte avec elle.

4. Il suit des #pornstar, #modèle, #coquine et autre profil beaucoup trop évocateur. Il y a fort à parier que ce n’est pas pour la matière grise de la pornstar que votre homme la suit, mais plus pour jouer le jeu de la proximité, du flirt. Cela indique fortement que lorsque votre mec est seul, il cherche de la compagnie féminine sexy.

5. Il partage des images très aguichante de lui-même. On connaît tous la stratégie de profile picture pour les filles qui consiste à se prendre en photo en plongée, pour ne mettre en valeur que leurs yeux de poupée et leur poitrine, un angle qui permet également de cacher tout ce qui se trouve sous le menton, sur le ventre, les fesses et les cuisses. Big news: l’homme en chasse (et un minimum habile) sait user de techniques similaires. Faîtes donc une recherche sur les photos qu’il partage: si il partage beaucoup de photos de lui, seul, et dans une posture qui vous émoustille, méfiez-vous.

6. Le test ultime: si vous êtes en période grosse paranoïa sur votre mec, le plus efficace reste encore la création du faux profil: Créez-vous le compte d’une femme célibataire jolie et résidant dans la même ville que votre homme. Commencez d’abord à peupler votre profil de followers, tweets et (fausses) photos, puis followez votre Jules. A partir de là, tout compte: est-ce qu’il vous suit en retour? En combien de temps? Interagit-il avec vous? Si vous lui envoyez un @ tweet, vous répond-il? Est-ce qu’il semble être en mode séducteur quand il vous répond? Accepte-t-il de prendre un verre avec vous…

Vous l’aurez compris, si Twitter est un excellent outil pour faire des rencontres, ce n’est pas vraiment un lieu pour préserver son jardin secret. Si vous suspectez votre mec de chasser la femme sur Twitter, ce qui est sûr, c’est que grâce à ce billet, vous en aurez très vite le coeur net. Alors n’oubliez surtout pas de partager ce billet avec vos copines 😉

Adaptation du billet: 5 Signs Your Guy is Cheating UsingTwitter | Dontdatehimgirl.com

Nouveau: multiaccount pour l’application Twitter sur Android

Twitter multiaccount android

Twitter multiaccount android

Grosse nouvelle dans le monde de Twitter et de sa twittosphère: Twitter a lancé la fonction multiaccount mercredi dernier sur son application Android. Cela signifie que vous pouvez maintenant plugger tous vos comptes à l’application officielle de Twitter. Le bénéfice pour l’utilisateur, c’est évidemment de confier ses droits d’accès et son activité de tweeting à l’application d’un développeur de confiance, Twitter en personne.

Twitter est parvenu à intégrer la fonctionnalité multiaccount de manière intuitive, facile à utiliser. En deux clics, on passe d’un compte à un autre. On peut ajouter autant de comptes que l’on souhaite (manifestement il n’y a pas de limite à l’ajout de compte, mais je n’ai pas encore testé :).

Le revers de la médaille, c’est une fois de plus les développeurs qui se le mangent: par exemple, dès que j’eu fini de télécharger la nouvelle version de Twitter sur mon Android, j’ai immédiatement désinstallé HootSuite. Ce n’est pas que l’application ne me plaît plus, mais elle est devenue complètement inutile (je parle bien sûr de l’application mobile de HootSuite, et non de leur application Web). Pourtant, j’avais payé pour cette app…

Twitter Rachète Backtype, Backtweets

Twitter achète Backtype

Twitter achète Backtype

Après le rachat d’une des apps Twitter les plus utilisées sur le marché, Twitter s’est offert hier Backtype. Backtype est un outil qui permet d’analyser la portée de vos tweets au-travers la twittosphère. L’un de ses outils, le fameux Backtweets, permet de mesurer l’impact des liens que vous partagez sur Twitter. Backtype propose aussi un plugin wordpress qui permettait d’intégrer des tweets dans les commentaires de blog.

Le montant de l’acquisition n’a pas été annoncé publiquement. L’équipe de Backtype va intégrer l’équipe de Twitter pour travailler à l’intégration de Backtype à la plateforme Twitter.

La mauvaise nouvelle, c’est que Backtweets restera live et gratuit pour les utilisateurs existants, mais le service ne prend plus de nouveaux entrants. A terme, Backtype fermera toutes ses APIs pour les ré-ouvrir sous la marque Twitter. De mon côté, cela va faire deux semaines que Backtweets a cessé de m’envoyer les emails qui m’indiquaient quels twittos partageaient les articles de Twitteradar sur Twitter. C’est bien regrettable pour nos lecteurs car je m’étais fait une habitude de vous follower en échange de vos tweets partageant les liens de Twitteradar 🙁

Grâce à cette acquisition, Twitter renforce la gamme d’outils que l’ex-startup pourra ainsi proposer aux marketers et autres représentants de commerce. Via Backtype, Twitter s’offre un autre outil, Storm. Storm semble être un outil (voir un framework) costaud qui permet de traiter une masse hallucinante de données via autant d’appels à d’autres serveurs en temps réel (ou plutôt en juste quelques secondes). Par exemple, la fonction « reach » permet de calculer combien de twittos sont exposés à un lien en particulier sur toute la twittosphère. Sur de grosses campagnes, la consommation des ressources serveur pour entreprendre ce genre d’opérations est extrêmement intense. Grâce à Storm, ces opérations sont permutées, distribuées et traitées en parallèle sur une multitude d’autres serveurs, et le résultat vous revient en quelques secondes, l’outil parfait pour ne pas se faire larguer par l’instantanéité du temps réel.